Goma : les associations de changeurs de monnaie plaident pour la reprise du couvre-feu

Rond Point Instigo en ville de Goma. ElectionNet © Prince B.

Ecouter cette information

Les présidents des associations des cambistes de Goma, ont été conviés à la réunion du conseil de sécurité provincial ce jeudi 15 octobre 2020, au gouvernorat du Nord-Kivu.

À la sortie de cette réunion, ces deniers disent avoir partagé avec l’autorité provinciale et les membres du conseil provincial de sécurité, certains mécanismes qui peuvent permettre le retour de la sécurité dans la capitale provinciale du Nord-Kivu.

Nzala Kamabu Fiston, président du rassemblement de cambistes au Nord-Kivu, a félicité Carly Nzanzu Kasivita pour cette invitation et a souligné qu’à l’époque où le gouverneur avait pris la mesure d’instaurer un couvre-feu, demandant au conducteurs moto à ne plus circuler après 19h, il n’y avait pas de cas d’assassinats dans la ville de Goma, d’où sa demande à l’autorité de réinstaurer cette mesure jusqu’à nouvel ordre.

Et ce, pour ”résoudre cette question de la criminalité urbaine qui, ce jour a une ampleur inquiétante”, précise t-il.

Par ailleurs, il a demandé à tous les changeurs de monnaie à chaque fois retourner à la maison tôt, et ce pour ne pas être la cible des inconnus qui endeuillent la ville ce dernier temps.

”Tous les changeurs sont victimes de cette insécurité, nous avons 4 associations dans la ville. Ces gens qui disent que les changeurs s’entretenuent, mentent, et cherchent à faire disparaitre les traces des bandits”, a-t-il indiqué.

Enfin, Nzala Kamabu a demandé à l’autorité provinciale de laisser le monopole du change seulement aux changeurs, et cela à leur octroyant un arrêté provincial pour que l’ordre soit instauré.

”[…] Nous avons demandé au gouverneur de sécuriser notre secteur, le monopole du change doit être donné aux changeurs seulement, nous avons compris que beaucoup font ce travail pourtant, ils ne sont pas autorisés. S’il le gouverneur nous donnait un arrêté, nous même allons répondre à tous ce qui pourrait nous arriver dans ce métier”, a-t-il conclu.

En rappel, les changeurs de monnaie sont victimes de la criminalité urbaine en ville de Goma. Parmi ces personnes qui périssent dans des assassinats dans la ville volcanique figurent les membres de ces associations des ”cambistes”. Ce qui a motivé d’ailleurs l’autorité provinciale à associer les présidents de ces associations à la réunion du conseil de sécurité de ce jeudi 15 octobre 2020.

Prince Bagheni à Goma