Goma/Covid-19 : les écoles accentuent la rigueur

Quelques élèves finalistes à l'école du cinquantenaire à Goma. ÉlectionNet. © Prince B.

La montée des cas positifs de la covid-19 au Nord-Kivu et particulièrement en ville de Goma ne cesse d'inquiéter plusieurs personnes. Conscientes du risque, les écoles de la ville volcanique accentuent la sensibilisation. Et ce, pour amener les élèves et écoliers à s'approprier tous les gestes barrières.

Au cours d'une tournée réalisées dans certaines écoles de la ville de Goma, les instituteurs ne se fatiguent pas à parler de la covid-19 à tous les apprenants. À l'institut Ngangi 2 au quartier Majengo par exemple, aucun enseignant n'est autorisé d'enseigner sans porter son masque, ''et ce pour être un modèle à suivre pour tous les élèves'', a expliqué à election-net.com, Elia Namegabe, préfet de ladite institution.

Il a par ailleurs souligné que c'est dans le passé où les gens doutaient de l'existence de cette pandémie mais actuellement c'est la réalité qui est vécue, ''en tout cas les gens meurent, dans notre ville de Goma, il y a des gens qui meurent. Ici dans notre école, nous imposons le respect des gestes barrières, aucun élève ne peut entrer dans la clôture de l'école sans porter son masque'', a-t-il souligné à election-net.com

En outre, cette autorité éducative a fait savoir que même dans les différentes salles de classe, l'on veille toujours au respect des gestes barrières, ''j'avais dit aux élèves qu'un enseignant qui ne porte pas son masque, et ne respecte pas les autres gestes barrières, qu'il n'enseigne pas, et que les enfants refusent sa présence dans la salle'', indique-t-il.

À l'institut Ephata, dans le quartier les Volcans, les mesures barrières ne sont pas piétinées, déjà à la porte de la clôture se place un enseignant détenant un thermo-flash qui aide à vérifier la température de chacun élève avant son entrée.

Il sied de noter que les autorités sanitaires avaient alerté l'opinion sur la circulation de variants indiens et britannique en ville de Goma. Dès lors, il a été demandé à toutes les couches de la population de renforcer le respect les mesures barrières.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *