Génocide au Rwanda : la France indexée

Le président du Rwanda Juvenal Habyarimana reçu au Palais de l'Elysée par le président Francois Mitterrand, le 17 juillet 1992 à Paris. © William STEVENS/Gamma-Rapho via Getty Images

Le génocide rwandais hante toujours le sommeil. On en parle toujours.  Des avocats du cabinet Levy Firestone  indexent la France qui, selon eux, ont armé le pouvoir rwandais.

Pour les avocats du cabinet Levy Firestone, Muse « des responsables français ont armé, conseillé, formé, équipé et protégé le régime rwandais de l’époque ». Ils l’ont dit à travers un rapport qu’ils ont présenté au gouvernement rwandais.

Selon eux, ils parlent avec certitude, car disent-ils, la France n’a pas tenu compte de la volonté du gouvernement de Juvénal Habyarimana de détruire les Tutsis du Rwanda, et a agi pour renforcer et étendre son pouvoir et son influence en Afrique, informe la RFI.

De l’autre côté , le rapport Duclert enfonce la France en insistant beaucoup sur la période de 1994 ; dans ce rapport, on fait constater une opération de camouflage surtout de la part de l’Etat français. Le rapport écrit que la France a enterré le passé du Rwanda en déformant complètement la vérité des faits ; en réalité on veut faire savoir que la France est complice dans le génocide des Tutsis.

Pour le ministre rwandais” la France a rendu possible un génocide qui était prévisible », mais aussi il pense que l”a France n’a pas participé à la planification du génocide et que les Français n’ont pas participé aux tueries et aux exactions », déclare dans cet entretien le ministre rwandais, en assurant que « le gouvernement rwandais ne portera pas cette question devant une cour ».

Mapote Gaye