Football : dix mois de prison avec sursis requis contre Karim Benzema

Karim Benzema, attaquant de l'équipe française de football/ photo tiers

Jugé dans l'affaire de "sextape", le ministère public a requis 10 mois de prison avec sursis contre l'attaquant du Real Madrid, Karim Benzema accusé de complicité de chantage sur l'autre joueur de la France, Mathieu Valbuena.

Une amende de 75 000 euros a également été demandée contre l’attaquant de l’équipe de France, candidat au Ballon d’or et absent du procès à Versailles.

« Benzema n’est pas un bon samaritain venu porter secours, il a agi pour permettre aux négociateurs d’en venir à leur fin et aux maîtres chanteurs de toucher de l’argent », a dit lors de son réquisitoire la procureure Ségolène Marés, qui a pointé l’« autorité et la notoriété en équipe de France » de l’ancien attaquant de l’Olympique lyonnais. « Il s’inclut dans cette équipe, il s’associe dans ce projet » de tentative de chantage autour d’une vidéo intime, a-t-elle appuyé.

L’autre procureur Julien Eyraud a pour sa part rappelé le rôle dans la société de la star du Real Madrid, « porteur d’une image, d’espoir, de notoriété et de valeurs morales ». Contre les quatre autres prévenus, poursuivis dans cette affaire pour tentative de chantage, le ministère public a requis des peines allant de 18 mois de prison avec sursis à quatre ans de prison.

Karim Benzema n’a pas assisté aux débats, ses avocats ayant mis en avant ses impératifs « professionnels ». Pour ses avocats pourtant, il n'y a aucun élément matériel à charge contre la star du Real Madrid. Selon-eux, Karim Benzema n'a cherché qu'à venir en aide à son coéquipier chez les Bleus à l'époque.

Pompon BEYOKOBANA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *