Foot/RDC-Tanzanie: Interdit d’accéder au Stade TP Mazembe, Youssouf Mulumbu donne sa version des faits

Jacques Kyabula (à gauche) et Youssouf Mulumbu (au milieu).

Interdit d’accéder au Stade TP Mazembe lors de la rencontre de la première journée des Éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 opposant les Léopards de la République Démocratique du Congo et les Taïfa Stars de la Tanzanie, Youssouf Mulumbu qui retournait chez lui tout en larmes, a donné sa version des faits.

Loin de lui l’idée d’un règlement de compte, l’ex-capitaine des Léopards a, dans un communiqué, indiqué avoir été invité par le Président du Saint Éloi Lupopo et Gouverneur du Haut-Katanga pour lui tenir compagnie. Fort malheureusement, il n’a pas eu accès suite à son retard au rendez-vous.

« Pour replacer les chose dans leur contexte, j’étais déjà allé visité mes chers frères pour leur match la veille dans leur hôtel et leur souhaiter bon courage, sans avoir eu besoin de le montrer sur les réseaux sociaux… mon président, son excellence Jacques Kyabula, m’avait proposé de l’accompagner voir le match ensemble, ce que j’ai accepté volontiers bien qu’ayant moi même joué en amical le matin avec mon club, car ce maillot représente beaucoup pour moi. Je ne suis pas arrivé en même temps que lui ( le Gouverneur) et en effet, j’ai été bloqué sur les différentes entrées où on m’a dit de me présenter pour récupérer mon badge. Je n’étais d’ailleurs pas avec mes amis comme on lit, ni à 10, j’étais avec mon chauffeur et un jeune coéquipier ( qui de plus étaient prévus )», dit-il, indiquant avoir refusé d’accéder seul sans laisser son chauffeur et son jeune coéquipier pour ne pas les mettre en danger. Il avait ainsi décidé de rentrer chez lui pour suivre le match à la télévision.

Pour lui, peu importe ce qui s’est passé, « le plus important était la victoire et le résultat de l’équipe, pas moi ou ma présence au Stade».

Cependant, il invite les instances du football congolais de travailler pour le développement des infrastructures sportives, améliorer la sécurité , former des stadiers dans la gestion de certains cas spécifiques car, peut-être , les stadiers n’ont fait que leur travail et exécuté des consignes données, a-t-il dit.

Il remercie les médias, personnalités et toutes les personnalités qui l'ont soutenu, tout en insistant de mener les combats pour la construction des infrastructures sportives dans le pays.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *