Fin de l'état de siège : Félix Tshisekedi tranche

Illustration. Getty Image/ Wandimoyi

Alors que ça suscite le débat dans la classe politique et sociale, le président de la République démocratique du Congo Felix-Antoine Tshisekedi a donné ce mardi 21 septembre sa position sur la fin ou pas de l'état de siège décrété au Nord-Kivu et à l'Ituri où les groupes armés ne cessent de créer de l'insécurité.

A l'occasion de son allocution à l'assemblée générale de l'ONU à New York, le successeur de Joseph Kabila a précisé que l'état de siège ne sera levé que quand les circonstances qui l'ont motivé disparaîtront.

Toutefois, il souligne que, grâce à l'état de siège, les avancées importantes ont été réalisées, notamment : la neutralisation de plusieurs centaines des miliciens ; les réductions de nombreux miliciens de ces groupes armés ; la récupération d'armes et munitions par les forces armées de la République ; le démantèlement de plusieurs réseaux de trafics illicites d'armes, des munitions, des minerais et de ravitaillement des groupes armées en produits divers ; la récupération de nombreuses localités de l'Est du pays qui étaient jadis occupées par des rebelles ; la libération des nombreux otages autre fois détenus par des groupes armées dont les ADF ; la réouverture de certains axes routiers, importants qui étaient jadis sous le contrôle des forces négatives et la réduction sensible des incursions contre la population civile.

Ces résultats constituent selon lui "une possibilité à capitaliser à nous sensibilisant tous, communauté internationale (…) et peuple congolais afin d'en finir une fois pour toutes avec un sigle infernal de la violence imposée par les forces négatives (…), et de consolider la paix, la sécurité et la stabilité dans la région de grand Lac."

"C'est pour cette raison que le gouvernement de la République démocratique du Congo maintient et amplifie la pression sur les groupes armés et leurs complices, et que l'état de siège ne sera levé que quand les circonstances qui l'ont motivé disparaîtront." a martelé Félix Antoine Tshisekedi.

Jean-Paul Tshimanga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *