États-Unis : la vaccination devient obligatoire pour les salariés

Getty Image, Illustration

Le président américain a haussé le ton en présentant, jeudi, des mesures sanitaires renforcées. Il a dénoncé la « minorité identifiée » d’Américains qui « empêche le pays de tourner la page » de l’épidémie.

Malgré les chèques et bonus, certains Américains ne veulent pas se faire vacciner. Sur ce, Biden a opté pour la manière la plus forte, en rendant obligatoire la vaccination pour deux tiers des travailleurs américains des secteurs publics et privés.

Le président américain a signé un décret obligeant les quelque 4 millions d’employés fédéraux à se faire vacciner, sans possibilité désormais d’échapper à la seringue en se faisant tester régulièrement, selon un document diffusé par la Maison Blanche. Sont également concernés les salariés de sous-traitants travaillant avec les agences fédérales.

Les fonctionnaires fédéraux auront soixante-quinze jours pour se faire vacciner totalement, sous peine de sanctions disciplinaires, a ajouté Mme Psaki, lors d’une conférence de presse, soulignant qu’il y aurait des « exceptions limitées » en raison de handicaps ou d’objections religieuses.

"Au total, les obligations de vaccins toucheront environ 100 millions d'Américains, soit deux tiers des travailleurs", a dit Joe Biden lors d'une allocution.

Pour le secteur privé, le ministère du Travail va instaurer l’obligation de se faire vacciner ou d’effectuer un test de dépistage hebdomadaire pour les employés des entreprises de plus de 100 salariés, soit plus de 80 millions de personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *