État de siège : voici ce qui explique ''la tension'' entre les autorités militaires et les députés provinciaux

Général Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu/ ENET/ Dieubon M.

Le baraza intercommunautaire du Nord-Kivu s'est enfin prononcé sur l'état de siège décrété par Felix Tshisekedi au Nord-Kivu et en Ituri. Dans un communiqué de presse parvenu à Election-net.com ce vendredi 20 août 2021, il a souligné que la réussite de cet état de siège dans les provinces précitées dépend des efforts conjugués de toutes les parties prenantes.

Cependant, s'associant à la société civile forces vives du Nord-Kivu, le baraza intercommunautaire dit être intrigué par la tension qui persiste entre les autorités militaires et élus provinciaux qui se servent des médias, chacun dans son camp pour exprimer son mécontentement.

Ainsi, après analyse, la société civile et le baraza intercommunautaire concluent que la tension entre les autorités militaires et les élus provinciaux serait causé par 5 éléments, notamment : l'absence d'une étude de faisabilité et d'une planification réaliste en amont de la proclamation de l'état de siège, la mauvaise compréhension de l'état de siège par les militaires, policiers, les députés, les forces vives et la population ; le statuquo de la situation sécuritaire au Nord-Kivu après 6 prorogations de cet état de siège, discours discourtois et calomnie entre les autorités militaires et les députés provinciaux ; enfin les efforts des autorités militaires éparpillés dans tous les secteurs plutôt que de se confier sur la seule mission leur confiée, celle d'endiguer l'insécurité dans la partie Est du pays et particulièrement au Nord-Kivu.

Enfin, le baraza intercommunautaire a invité les autorités militaires et les députés provinciaux à mettre fin à leurs discours et déclarations incendiaires. Cela pour donner la chance à l'aboutissement heureux de l'état de siège.

''[…], nous demandons aux parties prenantes, c'est-à-dire les autorités militaires, les députés provinciaux et les forces vives de se rencontrer pour une évaluation sincère des résolutions fructueuses'', peut-on lire dans ce communiqué.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *