État de siège : ''les gouverneurs militaires font un bon travail'', estime le député Mwangachuchu Édouard

Honorable Mwangachuchu Édouard, député national, élu de Masisi. Photo Enet/Prince B

À son arrivée à Goma au Nord-Kivu ce vendredi 13 août 2021, le député national Mwangachuchu Édouard Hizi a donné sa lecture par rapport à l'état de siège, décrété au Nord-Kivu et en Ituri par le Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi, depuis le 6 mai 2021.

Pour cet élu de Masisi, les gouverneurs militaires qui sont à la tête de ces deux provinces font un bon travail et doivent continuer pour arriver à pacifier tous les territoires.

''[…], nous les avons reçu dans nos commissions, ils se sont bien défendu, ils sont un bon travail, et nous pensons qu'ils doivent continuer jusqu'à ce que les ADF et autres groupes armés soient écrasés et que le Nord-Kivu et l'Ituri soient nettoyés'', a-t-il indiqué à election-net.com

Il a par ailleurs demandé à la population d'appuyer les efforts de militaires pour que les objectifs assignés soient atteints le plus vite possible

''[…], plutôt nous voulons que l'armée ait des moyens pour qu'elle travaille efficacement pour la paix'', a-t-il souligné

En outre, il a souligné que tous ceux là qui demandent la levée de l'état de siège ne sont pas différent de ceux qui combattent la République Démocratique du Congo

''S'ils veulent que nous ayons la paix, qu'ils nous aident à finir cette guerre, si d'autres vont dans rue pour combattre l'état de siège, ils ne seront pas différents de ceux là qui nous menacent'', a-t-il souligné

Et de poursuivre

''Nous devons tous nous soudés pour arriver à pacifier le Nord-Kivu. Chacun peut donner son point de vue sans menacer la quiétude de la population'', a-t-il indiqué.

Enfin, il a demandé à la jeunesse de soutenir cet état de siège, car selon lui, cela lui donne le pouvoir de travailler avec l'armée ''que les jeunes intègrent l'armée, qu'ils soutiennent l'état de siège, au lieu d'aller dans la rue, il faut qu'ils fassent confiance au gouvernement congolais'', a-t-il chuté.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *