Etat de Siège : Les États-Unis ” profondément préoccupés” par la situation sécuritaire en RDC

Salle où se tient l'Assemblée Générale de l'ONU. Ph de tiers.

Les États-Unis se disent, dans une déclaration faite mardi 5 octobre 2021 par l’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield représentante des USA à l’ONU “profondément préoccupés par la situation sécurité en République démocratique du Congo (RDC), notamment dans la partie EST du pays.

''Premièrement, alors que nous avons constaté des améliorations ailleurs, les États-Unis restent profondément préoccupés par la situation sécuritaire dans l'est de la RDC'' a déclaré mardi la représentante des USA à l’ONU lors d'une conférence de presse à New York abordant ainsi trois aspects sur la situation actuelle en RDC : premièrement, leurs profondes préoccupations sur la situation sécuritaire ; deuxièmement, le rôle que la MONUSCO pourra jouer ; et troisièmement, les préoccupations concernant le récent rapport sur l'exploitation et abus du personnel des Nations Unies au pays.

Etat de Siège, réussite ou échec ?

''Des civils y sont tués chaque jour par des groupes armés. Nous restons particulièrement troublés par le nombre d'attaques meurtrières de l'Etat islamique-RDC, également connu sous le nom des Forces démocratiques alliées, et les menaces croissantes d'explosifs''a dit Mme Linda Thomas-Greenfield ajoutant que ''L'armée de la RDC et les soldats de la paix de l'ONU doivent mieux coordonner les opérations conjointes sous « l'état de siège » pour protéger les civils en utilisant toutes les autorités du mandat robuste de la MONUSCO''.

Le départ de la MONUSCO à l’Est conditionné

Abordant la question sur le rôle de la MONUSCO dans cette région, Mme Linda revient sur les prouesses et les raisons de la Monusco dans les Kasaïs par exemple, ''les conditions de sécurité se sont améliorées, ce qui a permis à la MONUSCO de quitter ces provinces plus tôt cette année tout en continuant de fournir un soutien transitionnel aux principaux efforts de stabilisation et de maintien de la paix'' soutient-elle tout en ajoutant que ''les mesures de justice transitionnelle ont également ouvert la voie à un retrait en douceur. De même, nous espérons que les conditions continuent de s'améliorer au Tanganyika afin que la MONUSCO puisse se retirer de cette province l'année prochaine''.

Quant à l’Est, ''nous avons besoin de plus de progrès pour permettre un retrait responsable au Nord et Sud Kivu et en Ituri'' juge-t-elle toute en félicitant le gouvernement de la RDC et de la MONUSCO pour avoir entamé ces conversations.

Nelly E,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *