Etat de siège en RDC: l’armée ougandaise n'attend plus que l'autorisation de Félix Tshisekedi pour intervenir militairement [Entretien]

Museveni, Ph. Tiers

Plus aucun doute n'est possible. On va bientôt assister à un affrontement entre les armées étrangères et les rebelles ADF sur le sol congolais. A en croire, le président ougandais Yoweri Museveni, dans un entretien exclusif accordé à France 24 à Entebbe, en Ouganda, son armée est prête à intervenir militairement contre les ADF, si le président Félix Tshisekedi donnait son approbation pour aller de l'avant. Ce n'est plus qu'une question de temps. C'est ce que fait savoir Museveni ce mercredi de la manière la plus solennelle.

Pour ce dernier, le groupe jihadiste qui a pris le contrôle d'une zone riche en pétrole dans le nord du Mozambique il y a quelques mois était lié aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe islamiste ougandais opérant dans l'est de la République Démocratique du Congo.

''Le problème au Mozambique est lié au problème de l'Est de la RDC. Ces terroristes, ils sont allés au Mozambique en passant par l'EST du Congo au cours de vingt dernières années. Ils ont été maintenus à l'EST de la RDC. Les problèmes de l'EST de la RDC doivent être réglés en même temps que celui du Mozambique''.

A la question de savoir s’il pourrait intervenir au Mozambique comme le Rwanda l'a déjà fait, Museveni dit, NON, le Congo d'abord. ''Nous aimerions commencer par le Congo en premier, le problème du Mozambique ne sera pas résolu si on ne trouve pas une solution à la crise congolaise''.

Quant à la question de savoir si c'est à la demande du gouvernement congolais que l'Ouganda souhaiterait intervenir, Museveni déclare '' Nous en parlons avec eux et c'est au gouvernement congolais d'annoncer, mais nous discutons avec eux''.

Bref, Kampala n'attend plus que l'approbation du président congolais et son gouvernement pour intervenir. Ce n'est plus qu'une question d'heure pour que les bataillons de l'armée ougandaise prennent le commandement de cette intervention militaire.

Nelly E,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *