Équateur : Le gouverneur Bobo Boloko accusé d’accorder un marché opaque à une société Chinoise pour l’exploitation du bois à Bolenge

Dans son communiqué de presse publié ce lundi 28 juin, la Dynamique impunité zéro monte au créneau et sollicite l’implication des autorités compétentes pour empêcher l’exploitation illicite de la forêt à Bolenge dans la province de l’Équateur par l’entreprise chinoise SUN FLOWER FORESTY DEVELOPMENT sarlu (ex : LONG XIN SARLU ex MANIEMA UNION2 SARL), CO.KI-BA-FO.DE.

Selon cette organisation de la société civile, la population riveraine de Bolenge dans le groupement de Bonyanga, secteur de Losanganya, territoire de Bolomba l’Équateur alerte sur les faits qualifiés de “très éloquents“, marqués surtout par le silence du Gouverneur de l’Équateur, BOBO BOLOKO BOLUMBU face à cette exploitation illicite.

Cette société exploite les forêts de ladite communauté depuis le 15 septembre 2018 sans aucun contrat et aucune négociation au préalable avec les communautés locales.

Pour la DIZ ceci pourra occasionner le massacre comme fut le cas dans d’autres provinces notamment la province du Kasaï avec KAMUENA NSAPU, cas de YUMBI dans la province de MAYINDOMBE et d’ ENYELE dans la province de l’Equateur.

Selon le même communiqué, deux ans plutard avec le contrat n° 002/20 du 14 janvier 2020 ladite société cherchait à couvrir ses irrégularités, elle va associer les communautés locales aux négociations d’un cahier de charge. L’activité à laquelle la communauté avait pris part active pour sa réalisation, malgré le manque d’une bonne formation de la part des communautés locales sous l’encadrement des experts venus de Kinshasa de la commission mixte (Direction de gestion forestière et Direction d’implantation et D’aménagement Forestier). Du ministère de l’environnement en date du 23/10/2020 à Djoa en violation flagrante de la législation en la matière (Art 88 de l’arrêté ministériel réglementant cette matière).

La Dynamique impunité zéro sollicite l’implication et le sens de responsabilité de tous pour qu’il soit pris en urgence toutes affaires cessantes, de mesures conservatoires suivantes avant que le pire n’arrive de suspendre tous travaux liés à l’exploitation des bois par la société CO.KI.BA.FO.DE. dans les forêts congolaises jusqu’à la clarification de la situation; ordonner à la société de verser aux communautés locales tous les arriérés de deux ans d’exploitation illicite et de payer le manque à gagner que cette communauté estimée forfaitairement à un montant de 5.000.000$.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *