En France,Koffi Olomide déclare : «en Afrique il n y'a pas de présomption d'innocence»

Photo capture d'écran

Depuis 2011, il n'a pas foulé ses pieds sur le sol parisien à cause de ses ennuies judiciaires ,le chanteur Congolais Koffi olomide séjourne dans la capitale  Française  où il est arrivé pour organiser quelques productions musicales,et présenter aux public amoureux de sa musique la sortie de son nouvel album Légende.

condamné à deux ans de prison avec sursis pour atteintes sexuelles sur mineure de 15 ans par le tribunal de Nanterre , ça été un coup dur pour le surnommé grand Mopao qui ne devrait plus se mouvoir dans l'hexagone , mais suite au travail de ses avocats  Emmanuel Marsigny et  le célèbre Eric Dupond-Moretti qui lui ont pu obtenir l'annulation de certaines charges  qui pesaient sur le chanteur et recouvrer sa liberté de mouvement  sur le sol Européen particulièrement en France.

 Arrivé pour sa première fois, depuis  près de  8 ans, Koffi Olomide s'est dit satisfait de retrouver sa famille  ainsi que tous ses mélomanes, et ensuite exprimer ses sentiments de Soulagements, saluant le travail abattu par ses avocats.  

Invité samedi soir sur la chaîne Française de TV5 , l'artiste musicien a affirmé avoir été condamné par ses détracteurs àvant  même le verdict final.

«Je savais  que le verdict serait celui-là,parce-que la vérité a  fini toujours par triompher ,en France la justice fonctionne  vraiment ,j'ai toujours su que j'étais innocent c'était des mensonges »  a-t-il déclaré sur le plateau de la chaîne française.

Par ailleurs il dit regretter les accusations  de ses ex danseuses  au près de la justice française qui n'étaient  que dans le simple objectif de se trouver des papiers  pour vivre en France.

«J'espère qu'un jour ces femmes, ces filles , ces dames viendront me dire que franchement elles ont menti , elles voudraient rester vivre en France , obtenir des papiers» a t-il ajouté.

Le chanteur  Congolais  Koffi Olomidé avait  été condamné à deux ans de prison avec sursis pour atteintes sexuelles sur mineure de 15 ans, beaucoup moins que les sept ans qui étaient requis lors du procès au mois de février dernier , le tribunal a estimé que les accusations des quatre plaignantes n'étaient pas prouvées, ces ex danseuses  n'avait  pas fait le déplacement alors  qu'elles avaient déposé  plainte en 2007, 2009 et 2013  devant  la  justice  Française accusant Koffi Olomidé de leur imposer des rapports sexuels, à l'hôtel ou au studio d'enregistrement le plus souvent, sans préservatif et en les giflant quand elles se débattaient. Elles ne sont plus jamais retournées en République démocratique du Congo.

 

Patrick ABELY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *