Élection à la cour constitutionnelle : certains politiques en colère

Prestation de serment. Ph. Tiers

L’élection ce mardi 20 avril du juge Dieudonné Kaluba à la Présidence de la Cour constitutionnelle est loin de faire l’unanimité dans la classe politique congolaise.

Certains acteurs politiques sont montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de la violation de la constitution.

Parmi ceux qui contestent cette élection, l’on retrouve le constitutionnaliste André Mbata. Ce député national du Parti présidentiel n’est pas allé par le dos de la cuillère pour s’opposer à cette élection qui est selon lui, “illégale”. Et c’était, bien avant même la tenue de ladite élection.

“J’ai lu aujourd’hui un communiqué annonçant l’organisation de l’élection d’un nouveau président de la cour constitutionnelle. Non et non c’est illégale dans la mesure où il n’y a plus encore eu le tirage aux sorts de nouveaux juges au parlement, Conseil Supérieur de la Magistrature et à la présidence. C’est une violation de nos textes. Il faudrait attendre plutard. Pourquoi cette précipitation ? “, s’est-il interrogé dans un entretien accordé à un média Kinois. Il a en effet, appelé les juges à surseoir en urgence cette élection.

Une autre voix qui s’oppose à cette élection est celle du député national et Président National du parti politique Envol, Delly Sesanga.

Lui qui en est l’initiateur de la loi sur la Cour constitutionnelle regrette de l’usage dont l’on fait de cette loi aujourd’hui.

” Quand j’ai écrit la loi sur la Cour Constitutionnelle, j’étais loin d’imaginer l’usage que l’on en fait aujourd’hui. Le respect scrupuleux des procédures de changement de ses membres est un élément de sa légitimité, le tirage au sort un dispositif clé de son indépendance”, s’est-il étonné dans un message publié sur son compte Twitter consulté par Election-net-com.

Et de poursuivre :
” Le bricolage et échafaudage institués depuis 2016 en lieu et place du tirage au sort ont fait perdre à la Cour sa régularité et compromis son statut.L’avènement d’une Cour constitutionnelle indépendante,pour garantir l’État de droit, reste encore une conquête à entreprendre “.

Rappelons que le juge Dieudonné Kaluba a été élu ce mardi 20 avril Président de la Cour constitutionnelle par ses pairs. Ils étaient quatre candidats à concourir à ce poste.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac