Dossier Bukanga-Lonzo : « Les Congolais ont semé les maïs et ont récolté une université », Jules Alingete à Matata Ponyo

Jules Alingete Inspecteur Général des Finances. Ph presse IGF

L’inspecteur général des finances chef, Jules Alingete a, au cours d’une déclaration faite ce mercredi 12 mai, sur le Parc Agro-industriel de Bukanga-Lonzo, déclaré que les congolais ont bénéficié de l’Université Mapon à la place des produits alimentaires.

Faisant foi de son rapport sur la débâcle de Bukanga-Lonzo déposé à la Justice congolaise, le numéro un de l’IGF, a fait savoir que certains organes d’audit ont relayé les mêmes éléments compromettants dans ce dossier.

« Bien avant l’Inspection générale des finances, il y a d’autres cabinets d’audit qui ont produit le rapport, ce qui donne pratiquement la même conclusion que l’Inspection générale des finances. Et, j’estime aussi que si le Procureur général près la Cour constitutionnelle a trouvé intéressant de déclencher les poursuites, puisqu’il a trouvé dans le rapport des éléments compromettants, le Parquet a certainement enrichi le rapport de l’Inspection. Vous savez tant qu’il n’y aura pas de procès dans cette affaire, on n’arrêtera pas la polémique sur la débâcle de Bukanga-Lonzo », a-t-il déclaré à la radio Top Congo FM.

Et de poursuivre en estimant conseiller les individus cités, qui sont qualifiés de présumés détourneurs dans ce dossier, de garder leur calme et de ne pas aller vite en besogne.

« Voilà nous, nous conseillons aux présumés détourneurs, pointés du doigt, de garder leur calme. Parce qu’on remarque qu’il y a 4 ou 5 personnes qui sont citées dans cette affaire. Mais, il n’y a qu’une seule personne qui s’agite avec des conférences de presse, des mobilisations de jeunes, des organisations tribales par-ci par-là. On ne peut pas se permettre, en étant à l’étranger, de qualifier la justice de son pays comme politiquement instrumentalisée et de jeter l’opprobre au service comme l’Inspection générale des finances, qui regorge de personnes de hautes qualités. Nous comprenons que les gens sont rentrés précipitamment non pas pour répondre à la justice mais pour mettre le bâton dans les roues dans le processus en cours pour que leurs immunités ne soient pas levées. Le détournement des deniers publics fait partie des extraits du droit commun que tout le monde, lorsqu’il est poursuivi pour ça, il doit répondre », a lâché Jules Alingete, Chef de service de l’IGF.

Pour lui, la procédure sur la levée des immunités de certains prévenus relève de la compétence du Parquet général près la Cour constitutionnelle.

« C’est le Parquet qui est la cour constitutionnelle qui a déclenché la procédure, qui sait comment ça va être fait. Mais moi, tout ce que je demande, dans l’intérêt de la vérité, personne n’entrave le processus judiciaire ».

Et de renchérir :

« Il y a trois ans, les congolais ont caricaturé : on a semé le maïs, on n’a récolté une université. Je n’étais pas Inspecteur général chef de service », a-t-il conclu.

Rappelons que le Parc Agro-industriel était un projet pilote lancé en 2014 qui devrait permettre à la RDC de satisfaire les besoins de consommation intérieure et de devenir, à long terme, un important exportateur des produits alimentaires.

Kevin Arsène Bile