Destitution bureau Mabunda : Constant Mutamba dénonce les actes de "corruption" lors des signatures de pétitions

Jeanine Mabunda, Ph. Ass. Nat.

Dans une lettre adressée aujourd'hui mardi 15 décembre au Procureur général près la Cour de cassation, le Président de la Nouvelle Génération pour l'Emergence du Congo, NOGEC, Constant Mutamba, dénonce les actes de corruption graves perpétrés dans les pétitions de destitution du Bureau Mabunda.

Constant Mutamba a fait savoir au Procureur général que pendant l'examen de ces pétitions il y a eu plus de 38 cas des doublons et au-delà de cela certains députés ont affirmé haut et fort qu'ils ont reçu entre 10.000$, 15.000$ et 20.000$ chacun pour signer.

« …lors de l'examen et du vote de ces pétitions, il s'est avéré qu'il y aurait plus de 38 cas des doublons dénoncés par le Rapporteur déchu. (…) au-delà de ces doublons constatés, certains députés ont affirmé haut et fort avoir reçu de l'argent qui variait entre 10.000 USD, 15.000 USD et 20.000 USD chacun. Les vidéos et les messages de transfert d'argent en font foi », déclare-t-il.

Le Président de NOGEC demande alors au Procureur en dépit de ses prérogatives de moraliser la vie publique en République Démocratique du Congo, « d'ouvrir une enquête judiciaire en procédure de flagrance conformément à l'article 107, alinéa 2 de la Constitution, en vue de déterminer la source de provenance de ces colossaux fonds et d'établir les responsabilités pénales de tous ceux qui ont concouru, de près ou de loin, à ces pratiques d'antivaleurs… ».

Pour cela, Constant Mutamba déclare que ce sera la Justice.

Rappelons que le Bureau Mabunda a été déchu depuis le 10 décembre dernier et un recours a été introduit au Conseil d'État.

Kivin Arsène Bile