Départ de Vital Kamerhe à l'étranger : JC Katende interpelle la justice

Le président de l'ASADHO, Me Jean-Claude KATENDE. Photo de tiers

Le président national de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC), Vital Kamerhe a quitté Kinshasa depuis le lundi 03 janvier 2022. Et ce, après avoir sollicité et bénéficier la remise en liberté provisoire pour raisons de santé.

Cette sortie de l'ancien directeur du Cabinet du Chef de l'État, fait réagir plusieurs Congolais. Pour Jean-Claude Katende, coordonnateur de l'Association Africaine de Droit de l'Homme (ASADHO), la justice congolaise doit être interpelée pour sa politique de deux poids, deux mesures.

"Elle autorise certains politiciens poursuivis en justice d'aller se faire soigner à l'étranger, mais refuse à d'autres. L'État de droit, c'est aussi l'équité", a-t-il écrit sur son compte Twitter consulté par election-net.com le mercredi 05 janvier.

Précisons que Vital Kamerhe accompagné de son assistant personnel, son médecin et sa femme est parti pour France afin de se faire soigner vu qu'il se plaignait d'un problème respiratoire.

Il avait été condamné depuis juin 2020 à 20 ans de travaux forcés par le tribunal de grande instance de Gombe dans une affaire de détournement des deniers publics et avait vu sa peine être réduite en appel à 13 ans de travaux forcés en juin 2021.

D’autres condamnés dans le même dossier, Samih Jammal, 20 ans au premier degré avait vu sa peine passer à 6 ans au second degré, tandis que Jeannot Muhima qui avait écopé de 2 ans de prison s’est vu condamner à une année en appel. Il avait déjà recouvré sa liberté tandis que Samih Jammal est toujours en détention dans un centre médical de la capitale malgré plusieurs demandes de liberté provisoire introduite.

Jean-Paul Tshimanga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *