DEMISSION OU FUITE EN AVANT DU PRÉSIDENT A.I DIDIER OKITO LUTUNDULA

L’homme d’affaires Didier OKITO LUTUNDULA (DOL) venait d’annoncer pour sa démission du poste de 1er Vice-président de l’OC MUUNGANO de Bukavu le mardi 25 Septembre 2018. Cette démission surprise tombe à quelques jours après le NO-SHOW à Kinshasa du team Bleu et Blanc de Bukavu qu’attendait le Daring Club Motema Pembe pour la première journée du championnat de la Ligue Nationale de Football (LINAFOOT).

Nos fins limiers ont voulu en savoir un peu plus sur cette situation confuse qui se déroule au sein de la seule formation représentative de la Province du Sud-Kivu à la LINAFOOT alors que le Championnat National 2018-2019 est en cours de commencement.

A la grande surprise générale des bukaviens et des amoureux du ballon rond, Didier OKITO LUTUNDULA a jeté l’éponge en expliquant à qui veut l’entendre c’est pour sauver L’OC Muungano.

Didier OKITO LUTUNDULA, SAUVEUR OU JUDAS?

Devant la presse,  Didier OKITO LUTUNDULA déclare que plusieurs personnes sont dans l’impossibilité d’aider l’équipe si lui est toujours à sa tête et comme le Christ, Sauveur de l’humanité, il a préféré se sacrifier pour l’intérêt communautaire. Mais un observateur averti de cette Saga nous renseigne en disant que le comportement de Didier OKITO cache bien plus que ce qu’il avait présenté à la presse et qu’il agissait plutôt comme JUDAS qui trahit la confiance du maître.

Alors qui dit vrai dans cette histoire?

Nous apprenons que depuis le départ à la retraite du président de la coordination de l’OC MUUNGANO, l’honorable Jean-Marie BULAMBO, l’équipe n’a pas pu avoir un Président malgré deux Assemblées générales électives et c’est dans ce cadre que Didier OKITO LUTUNDULA qui avait été élu comme 1er Vice-Président en Août 2017, s’est retrouvé comme Président ad intérim. Mr. Ladyslas MUGANZA avait quant à lui été élu 2ème Vice-président. Les collaborateurs de DOL au sein de la coordination se plaignent qu’au lieu d’une gestion collégiale de l’équipe, il a voulu s’attribuer tous les pouvoirs en subordonnant le reste des membres du comité et créant ainsi un climat de méfiance et une opacité sans équivoque dans la gestion du Club, notamment lors de la vente de joueurs.

Les amoureux du team bleu et blanc contactés sur place à Bukavu, nous renseignent que les deboirs de DOL dans MUUNGANO commencent à la fin de la saison sportive dernière quant la LINAFOOT envoie une lettre à l’encontre de l’équipe pour des amendes et paiement partiel de sa participation à l’édition 2017-2018 et qui s’élève à environ 35.000 USD.

Comme dans l’accoutumée les fanatiques s’attendaient à ce que l’homme d’affaires et président ad intérim Didier OKITO puisse régler ses comptes sans problème car ayant assuré les fanatiques qu’il s’assumera coûte que coûte et rien ni personne n’arrêtera l’élan de l’équipe.

A la FECOFA, on nous a aussi signifié et rappelé que Didier OKITO LUTUNDULA n’est pas à sa première demission car au lendemain de la publication de la série de forfaits contre BUKAVU DAWA (BUDA), il avait déjà démissionné avant de descendre en flamme les dirigeants de la FECOFA avec à sa tête Constant OMARI SELEMANI, un Congolais qui fait la fierté de son pays car ayant été élu  à  la fois Vice-président à la Confédération Africaine de Football  (CAF) et l’un des six hommes qui dirigent aujourd’hui la FIFA. La séance déplorable s’était aussi tenu devant la presse et Didier OKITO LUTUNDULA  accusait les dirigeants de la FECOFA d’être des minables corrompus, sans dignité  dont les pratiques ont valu au pays l’élimination de la coupe du monde, Russie 2018.

Une personne de source sure confirme à nos limiers que Didier OKITO LUTUNDULA est un récidiviste en matière de démission de la coordination de L’OC MUUNGANO et qu’il serait à sa énième démission car l’avant dernière au mois de Juin 2018 s’était produit au téléphone de l’émission « Ngoma Sport » de la RTNK de Bukavu. Didier Okito n’avait pas avoué clairement la raison de sa démission mais se disait très déçu de la gestion du Football Congolais. Pour lui, ce n’était pas seulement ses adversaires qui sont contre son action mais aussi des conspirations au sein de sa propre équipe.

La démission annoncée le mardi 25 Septembre 2018 couchée sur un support papier à tout l’air d’avoir été organisée autour des mêmes motivations que les premières comme nous le proposent insinueusement nos fins limiers qui ont voulu en savoir un peu plus sur l’homme OKITO et l’OC MUUNGANO.  

ALORS que vient faire l’honorable Jean-Marie BULAMBO KILOSHO, député national élu et réélu de Bukavu dans ce dossier MUUNGANO?

Pour ceux qui ne le savent pas, Jean-Marie BULAMBO KILOSHO a été pendant 28 ans, Président de la coordination de l’OC MUUNGANO, fonction qu’il occupa avec brio et satisfaicit pendant 28 ans jusqu’à la fin de la saison 2016. Il en ressort qu’ayant arboré les couleurs politiques et voulant prendre sa retraite tant administrative et sportive, l’honorable BULAMBO avait demandé aux jeunes Lega de pérenniser l’oeuvre communautaire qu’est MUUNGANO, mais pour beaucoup faute de retombés politiques, ils ont refusé de mouiller leur maillot pour l’essor de cette équipe qui est en premier lieu la partie de la jeunesse du Lusu Lwa Balega.

Lors de sa dernière visite à BUKAVU à la fin du mois d’Août 2018 dans le cadre de ses vacances parlementaires et lors d’un meeting avec les jeunes de Bukavu qui l’avaient abordé face à la situation administrative et financière de MUUNGANO, l’honorbale Jean-Marie BULAMBO avait promis aux jeunes Lega et de Bukavu, de ne jamais abandonner l’équipe car son coeur bat et battra toujours MUUNGANO. Quand vous êtes à Bukavu, il suffit de visiter sa résidence de la Corniche de NYOFU au Quartier Ndendere, pour voir même les couleurs bleu et blanc chez BULAMBO KILOSHO à domicile.

BULAMBO KILOSHO n’est pas le SAUVEUR de MUUNGANO mais plutôt un inconditionnel amoureux de cette équipe car bien qu’ayant pris sa retraite de la coordination et il continue à intervenir chaque fois que le besoin s’est présenté comme pour la levée de la suspension des joueurs qui s’étaient battus à Goma ou pour la participation de l’équipe à la phase de cadrage 2018 et le paiement des primes aux joueurs avec une contribution de 4.000 USD avant le match remporté 2 buts à 0 face à Bukavu Dawa. Et cette fois encore, il n’a pas dérogé à son mécénat pour MUUNGANO SHALALILE!

DÉCOUVERTE DU POT AUX ROSES ET LE CRIME PARFAIT POUR UNE DESCENTE AUX ENFERS DE MUUNGANO DÉJOUÉ DE JUSTESSE !

La LINAFOOT avait adressé un courrier en date du 18 Septembre 2018 au Président ad intérim Didier OKITO quant à la participation ou non de l’OC MUUNGANO  à la 24ème édition de la Vodacom Ligue 1 et ladite lettre référencée LNF/SN/EKK/095/2018 est restée lettre morte car Didier OKITO LUTUNDULA  decida de n’y réserver aucune suite et face à ce refus d’obtempérer une seconde lettre référencée LNF/SN/EKK/107/2018 du 25 Septembre 2018 avait un l’ultimatum de 24 heures ou voir l’OC MUUNGANO être remplacée à  la LINAFOOT. L’honorable Jean-Marie BULAMBO avait promis et a réalisé sa promesse faite aux jeunes de BUKAVU qu’il n’abandonnera pas l’équipe de l’OC MUUNGANO  de son vivant.


Les observateurs de ce dossier nous disent que vu l’urgence à supporter la dépense des pénalités s’élevant à plus de 35.000 USD, l’opacité dans les finances surtout avec le transfert du gardien de but Jackson LUNANGA, un calendrier robuste et peu favorable à  MUUNGANO aurait créé  la frousse dans Didier OKITO LUTUNDULA qui murmurait déjà l’idée d’une démission à un confident.

L’honorable Jean-Marie BULAMBO KILOSHO au sortir de son entretien avec les dirigeants de la LINAFOOT s’est engagé personnellement pour une participation effective au championnat d’élite congolais de MUUNGANO et demande au 2ème Vice-Président Munganza  d’expédier les affaires courantes pendant qu’il s’attele de faire le nécessaire pour payer les frais de participation, les fiches des joueurs et impliquer le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu dans les futurs déplacements de MUUNGANO pour éviter d’autres forfaits dans l’avenir.

Dans la foulée, le 2ème Vice-Président élu Ladislas MUNGANZA WAKANDWA, devenu de facto Président ad intérim a instruit l’entraîneur adjoint Jeannot WITAKENGE de convoquer immédiatement les joueurs pour les premières séances d’entraînement de l’ère après Diidier OKITO.

Dans l’œil de plus d’un fanatique de l’OC MUUNGANO, curieuse a été cette démission  qui tomba pendant la journée du 25 Septembre 2018 alors que son Président ad intérim Didier OKITO LUTUNDULA était conscient de n’avoir pas donné une suite à  l’ultimatum de 24 heures de la LINAFOOT.

Et si Jean-Marie BULAMBO KILOSHO, Honorable Député National dans la circonscription électorale de BUKAVU et Président Honorairr de ladite Coordination avait daigné ne pas répondre à l’invitation du Président MWEHU de la Linafoot sur instruction de la FECOFA?

Mentir c’est peut être un échappatoire pour les habitués mais comme il n’y a jamais de crime parfait, il subsiste toujours un fil conduisant à  la vérité.  Donc, au soir de la démission, la foudre devait s’abattre sur tous les Shala.

Aujourd’hui à l’heure du bilan et de l’inventaire, pouvons-nous dire en toute objectivité et sans peur d’être contredit par les supporters et fanatiques de L’OC MUUNGANO toute tendance confondue que le nouveau siège moderne, les 15.000 USD remis par DOL au trésorier et les autres engagements et promesses  en faveur de l’équipe par Didier OKITO LUTUNDULA vont se transformer en un Éléphant Blanc?

Mais pourquoi un tel cynisme de la part de Didier OKITO LUTUNDULA  et pourtant, les Shalalile l’avaient adopté comme un des leurs dans la ville de Bukavu, concluait ainsi un supporter du team bleu et blanc contacté à ce sujet.

On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps (Abraham LINCOLN)