De l’opportunité de la «congolité»: Adolphe Muzito pour un referendum afin de départager les Congolais

Adolphe Muzito, président et fondateur du parti Nouvel Élan /Ph. Tiers

Le coordonnateur de Lamuka, Adolphe Muzito qualifie de théâtre la proposition de Noël Tshiani sur la « la congolité» qui soutient que tout candidat à la magistrature suprême doit être de père et de mère Congolais.

Pour l’ancien Premier ministre, il s’agit d’un règlement de comptes entre deux individus alors que le pays est confronté à de sérieux problèmes qui menacent son existence. «Nous avons des problèmes très sérieux que ça dont nous devrions parler. Les problèmes qui menacent le Congo dans son existence, c’est sa cohésion. Il n’y a rien qui sortira des individus dans leurs règlements de comptes alors qu’ils sont supposés être ensemble. Donc attendons la souveraineté. Nous pensons que c’est le peuple qui pourra se déterminer sur cette question qui consiste à le consulter referendairement parlant. Le reste c’est du théâtre». Il l’a fait savoir au cours de la conférence de presse du présidium de Lamuka, tenue ce vendredi 4 juin au siège de son parti politique dénommé Nouvel Elan.

Le débat sur cette proposition du candidat malheureux à la présidentielle 2018, divise l’opinion. Certains estiment que Noël Tshiani veut semer le désordre au sein de la classe politique pour barrer la route aux personnalités qui ont plus de poids que lui. En l’occurrence le président d’Ensemble pour la République Moïse Katumbi.

Theo Liko