Cybersécurité : la RDC parmi les mauvais élèves en Afrique(rapport)

Un cybercriminel. Ph de tiers.

Dans son rapport intitulé "Global Cybersecurity Index 2030", consulté par election-net.com, l'Union internationale des télécommunications(UIT), qui considère la cybersécurité comme la clé d'une transformation numérique fiable et durable, souligne que beaucoup reste à faire en Afrique dans ce secteur.

Ce rapport revèle que seulement quelques pays étaient déjà dotés d'une législation en matière de cybersécurité en 2020 et, seuls 19 pays disposaient déjà d'un centre national d'alerte et de réponse aux attaques informatiques(CERT). Ces 19 pays sont : Bénin, Botswana, Burkina Faso, Kenya, Cameroun, Afrique du Sud, Ouganda, Nigeria, Rwanda, Zambie, Ghana, Maurice, Gambie, Ethiopie, Côte d'Ivoire, Tanzanie, Tunizie, Egypte et Maroc.

En outre, l'UIT fait savoir qu'en 2018, seuls 13 pays étaient déjà dotés d'un CERT. Pour l'UIT, " ces infrastructures sont nécessaires pour faire face de manière fiable aux cybermenaces et aux incidents".

"L'absence de telles institutions et le manque de capacités nationales posent un réel problème pour répondre de manière adéquate et efficace aux cyberattaques. Les équipes nationales de réponse aux incidents informatiques jouent un rôle important dans la solution", renchérit l'UIT.

Il sied de signaler que les différents mécanismes d'adaptation aux perturbations causées par la pandémie du Coronavirus, tels que l'utilisation accrue des espaces de travail virtuels, des marchés en ligne et de la gouvernance électronique, ont accentué l'exposition à la cybercriminalité pour les pays mal ou pas du tout préparés.

Dans ce même rapport, l'UIT indique qu'en Afrique, la faible préparation des pays aux menaces informatiques(le sabotage des infrastructures publiques, la fraude numérique, l'espionnage, le vole de renseugnement, etc), a le potentiel de fragiliser les systèmes d'information et de nuire aux ambitions du continent en économie numérique. C'est ainsi qu'elle appelle les différents gouvernements et groupes régionaux à l'action.

En République Démocratique du Congo(RDC), une proposition de loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité, déposée au bureau de l'Assemblé nationale le 07 février 2020 par l'actuel Ministre de l'EPST, Tony Mwaba, à ce temps député national, n'a toujours pas été programmée pour son examen et adoption. Et pour temps le pays reste exposé à la cybercriminalité. En janvier dernier, le domaine .CD de la RDC a fait object d'une attaque cybercriminelle.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *