Crise politique : un retour à la situation de septembre 1965 entre Kasavubu et Tshombe ?

Photo Montage ENET .

La première alternance politique en République démocratique du Congo vire aux allures de la crise survenue au lendemain de l’indépendance de la République démocratique du Congo. Le Bras de fer Lumumba - Kasavubu ou encore celui qui opposa le président Kasavubu au premier ministre Moïse Tshombe.

Après les élections de mars 1965, une lutte pour le pouvoir émergea entre d’une part Moïse Tshombe et Joseph Kasa-Vubu de l’autre causant la paralysie du gouvernement.

Selon l’histoire Tshombe, alors leader de la CONACO (Conven- tion Nationale Congolaise) sort renforcé de ces succès économiques et militaires au point qu’il obtint la majorité absolue aux élections législarives du printemps 1965. Ce fut donc une sérieuse menace pour le Président Kasavubu en vue des élections présidentielles annoncées pour le mois de mars 1966.

Il a donc pris les devants, en s’appuyant sur le groupe de Binza pour desti- tuer son premier ministre en octobre 1965 sous prétexte qu’il avait bien rempli la mission pour laquelle il avait été nommé à ce poste. C’est ain-Parmi eux : Antoine Gizenga, Christophe Gbenye, Gaston Soumialot, Thomas Kanza, Laurent Kabila, Nicolas Olenga, Antoine Mandungu Bula Nyati
Mbuyi Kabunda

C’est ainsi si que commença une nouvelle crise politique dont profita le général Mobutu pour réaliser son coup d’État, le 24 novembre 1965, et le nouveau départ en exil de Tshombe.
Le général Mobutu organisa alors un second coup d'État en novembre 1965, qui lui permit de rétablir un contrôle personnel sur le pays.

Un tableau similaire à la crise actuelle qui émaille l’arène politique au pays. Le président de la République, sans majorité parlementaire au départ, a décidé d’identifier une nouvelle majorité qui ne lui sera probablement pas hostile. Et en face, la camps de Joseph Kabila n’est pas prêt à rendre les armes et perdre ce qu’il estime avoir acquis au lendemain des élections générales de décembre 2018.

Qui sortira gagnant de ce duel? Jusque-là, le camp du chef de l’Etat semble bien s’en sortir et mar une des points. Pourvu qu’il n’ y ait pas des « petits Mobutu » pour profiter de la situation.

Chris Lumbu