Crise Ethiopie-Tigré: Demeke Mekonnan à Kinshasa pour solliciter l’appui diplomatique de Tshisekedi

De droite à gauche : le président Tshisekedi et le minafet de l'Éthiopie, Mekonnan Hassan

Ecouter cette information

Le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a reçu ce mercredi 18 novembre Demeke Mekonnan Hassan, Vice-Premier Ministre et ministre des Affaires Étrangères d’Éthiopie.

Au cours de l’échange, nous rapporte la Présidence de la République, le ministre éthiopien est venu sollicité l’appui diplomatique et politique du Chef de l’État en sa qualité du premier vice-président en exercice de l’Union africaine.

« Ce dernier (Le Vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères d’Éthiopie, ndlr) est venu Solliciter l’appui diplomatique et politique du Président Félix-Antoine Tshisekedi, en sa qualité de premier Vice-Président en exercice de l’Union africaine, dans le conflit qui oppose son pays à l’État dissident de Tigré », peut-on lire sur le compte twitter de la présidence de la République.

Le conflit de 2020 au Tigré est un conflit armé qui a lieu entre le gouvernement fédéral éthiopien et le gouvernement régional du Tigré. Le conflit est issu de la rébellion du Front de libération du peuple du Tigré (FLPT) à l’encontre du gouvernement fédéral du Premier ministre Abiy Ahmed.

Les combats dans l’État du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, pourraient non seulement avoir des conséquences dramatiques pour l’avenir du pays, mais aussi affecter sérieusement ses voisins.Cherchant à apaiser les tensions au lendemain du début des combats, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a averti que “la stabilité de l’Éthiopie est importante pour toute la région de la Corne de l’Afrique”. Malgré cela, le gouvernement fédéral, a jusqu’à présent, résisté aux appels à une intervention diplomatique pour mettre fin aux hostilités avec le Front populaire de Libération du Tigré (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), qui dirige l’État.

Kivin Arsène Bile