Crise en Israël : le pays se dirige vers sa quatrième élection en moins de deux ans

Benny Gantz et Benjamin Netanyahu. Ph. Tiers

La situation politique en Israël devient de plus en plus compliquée. Le Parlement israélien dissous sur le coup de minuit, ce mercredi, entraînant la convocation de nouvelles élections, les quatrièmes en moins de deux ans. La dernière chance accordée à la coalition au pouvoir pour obtenir le vote du budget a échoué ce mercredi à la Knesset.

Les élus israéliens avaient jusqu'à mardi soir pour adopter un budget et éviter de nouvelles élections. Le nouveau scrutin se tiendra le 23 mars 2021.

Le deal avorté

Après trois scrutins les ayant placés au coude-à-coude, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz avaient provisoirement signé un deal afin de former un gouvernement d'union nationale qui prévoyait notamment une rotation pour le poste de Premier ministre et l'adoption d'un budget unique pour les années 2020 et 2021.

Mais pour concrétiser cette rotation, et permettre à Benny Gantz d'accéder au poste de chef de gouvernement en 2021, les parlementaires devaient au préalable s'entendre sur ce fameux budget.

Au cours des derniers mois, le parti Likoud de Benjamin Netanyahu et la formation Bleu-Blanc de Benny Gantz ne sont pas arrivés à s'entendre sur le budget. Dans la nuit de lundi à mardi, les parlementaires ont rejeté, par 49 voix contre 47, une proposition de compromis afin d'adopter le budget en deux temps.

Il sied de rappeler que Nétanyahou est également confronté à un adversaire de son propre camp, Gideon Saar, qui s'est séparé du parti Likoud au début du mois et a demandé la destitution du premier ministre, arguant qu'il était au pouvoir depuis trop longtemps.

ENET Avec le parisien