Crise climatique : En France, une candidate à la Présidentielle étale sa stratégie

Delphine Batho, Ph, Tiers

Delphine Batho, ex-ministre de l’Écologie de François Hollande, députée des Deux-Sèvres et présidente de G ex-ministre de l’Écologie de François Hollande, députée des Deux-Sèvres et présidente de Génération écologie, candidate à la présidentielle française étale ses trois premières mesures qu’elle compte prendre pour enrayer la crise climatique.

« Avant de parler de mesures, il faut parler du projet de société. Celui, très clair, que je porte, est la décroissance. Que toutes les décisions soient prises non pas en fonction des bilans comptables et de la course folle à la surchauffe économique, mais en fonction du bien-être humain, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation du vivant » explique-t-elle.

Compte tenu de son expérience des responsabilités, elle a évidemment une idée précise du rythme des changements à opérer et du fait que beaucoup de choses se jouent en début de mandat. « Je peux donc citer bien plus que trois mesures comme la loi de séparation des lobbies et de l’État, l’interdiction des pesticides, la mise en place d’une politique d’éducation populaire écologique de 7 à 87 ans et la rupture avec le présidentialisme.

Et, bien sûr, une nouvelle loi de programmation des finances publiques basée non sur le PIB (produit intérieur brut) mais sur des indicateurs de réduction des inégalités, d’amélioration de la qualité de vie, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de préservation de la biodiversité ».

A l’en croire, le programme précis est un processus à construire avec les citoyennes et les citoyens. « La politique qui tombe d’en haut et s’impose aux gens entraîne une désaffection démocratique majeure. Je veux appliquer aux élections présidentielle et législative ce que nous avons fait aux élections municipales, à savoir une démarche éco citoyenne où l’élaboration des mesures, leur hiérarchisation et leur calendrier de mise en œuvre sont discutés par des assemblées citoyennes ».

Selon la candidate, elles auront lieu dans toute la France, entre octobre 2021 et janvier 2022. « Parallèlement sera mis en place un conseil scientifique indépendant chargé d’évaluer la robustesse des propositions et tout un travail d’experts et de hauts fonctionnaires pour que ce projet soit solide et crédible » poursuit-elle.

Mapote Gaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *