COVID-19 : Tout savoir sur les 70 Congolais en partance pour Dubaï, mais bloqués à Addis-Abeba

Le VPM des Affaires Étrangères, Christophe LUTUNDULA. Ph de tiers.

Environs 70 congolais en transit à Addis-Abeba (Ethiopie) pour Dubaï ont été déclarés positifs après un test covid effectué à l’aéroport d’Addis-Abeba en Ethiopie

Instruit par le président Tshisekedi pour assister ces compatriotes, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula a fait le déplacement de l’Éthiopie mercredi dernier pour en savoir plus. Sur place, le patron de la diplomatie congolaise a sollicité et obtenu la contre-expertise pour faire le test COVID-19 auprès des Congolais contrôlés positifs. Le résultat a donné 18 congolais négatifs, a annoncé à la presse Christophe LUTUNDULA.

Ci-dessous, l’intégralité de son interview accordée à la presse :

"Présentement à Addis-Abeba où je suis arrivé ce soir, notamment pour recueillir des informations les plus précises sur cette situation malheureuse que vous évoquez dans votre question.

Effectivement à la demande des autorités Émiraties, Éthiopian Airlines a installé ici à l'aéroport des unités de contrôle, de contre vérification, de contre-test de Covid-19. Et il s'avère que parmi les passagers qui ont été déclarés, qui ont été testés positifs, il y a environ 70 congolais qui sont concernés. Je dois dire que c'est une mesure de portée générale qui concerne tous les passagers à destination des Émirats Arabes unis. Le chef de l’État a été informé de la situation, le Premier ministre aussi. C'est pour cela d'ailleurs que je me trouve ici. Nous avons instruit l'ambassade à Addis-Abeba, qui s'est impliquée dans le dossier et qui a obtenu plus précisément le Centre médical de l'Union africaine fasse aussi la contre-vérification de tests qui ont été effectués à l'aéroport. Déjà à ce stade, 18 compatriotes ont été déclarés négatifs parmi les 70 de cet après-midi. Pour ces 18 là, ils sont libres de continuer le voyage ou de rentrer à Kinshasa. Voilà la vérité en ce qui concerne la situation que j'ai trouvé ici en Éthiopie.

Il est de règle que lorsqu'on est testé positif quelque part, à l'aéroport ou chez soi, on reste en quarantaine. Ils doivent rester en quarantaine. Les tests d'évaluation se feront au fur et à mesure qu'ils prennent les médicaments. Généralement, c'est dans 7 jours qu'on fait le test. Si ça se termine, chacun aura la liberté de continuer à Dubaï ou de rentrer au pays.

Pour notre part, je l'ai dit hier, nous avons reçu hier l'ambassadeur d’Éthiopie en RDC. Comme je viens de vous le dire, nous avons donné des instructions à notre représentation diplomatique.

En ce qui concerne la prise en charge, elle n'est pas de meilleure. Ce n’est pas vraiment ce que nous pouvions attendre. Ça n'a pas été facile tout au début. Nos compatriotes ont manqué le minimum qu'il faut à quelqu'un. Ils ont été acheminés vers un centre de quarantaine. On leur avait donné des soins médicaux. Ils continuent à prendre les médicaments. Mais notre ambassade a obtenu qu'on fasse des contrôles de vérifications des tests qui ont été effectués à la va-vite à l'aéroport. 18 ont été testés, après vérification par le centre médical de l'Union africaine, négatifs. On continue à suivre la situation de nos compatriotes au jour le jour.

Grâce à l'intervention de notre personnel diplomatique, les conditions se sont quelque peu allégées. Ils accèdent à eux facilement et je pense qu'on s'organise pour voir comment leur pourvoir en biens essentiels.

Hier déjà avant que je ne quitte Kinshasa, aujourd'hui le Chef de l’État et le Premier ministre m'ont donné le privilège de leur faire le rapport. Il a été décidé d'envoyer une mission de l'INRB pour voir la situation sur le plan scientifique, parce qu'il y va de la crédibilité de l'INRB. La situation est donc suivie de très près par le Chef de l’État lui-même".

Christophe Lutundula

Vice-Premier Ministre,

Ministre des Affaires Étrangères

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *