Cop26 : Félix Tshisekedi, discours intégral

Discours de clôture de S.E. Monsieur Felix -Antoine Tshilombo Tshisekedi,
Président de la République Démocratique du Congo et Président de l'Union Africaine
A l’occasion du Sommet sur l'Accélération de l'adaptation en Afrique
COP26, 2 Novembre 2021

Excellences,
Nous avons entendu de nombreuses voix aujourd'hui. Des voix d'engagement. Des voix d'action. Votre
participation présage d’un avenir plus brillant et plus résilient pour l'Afrique.
Je tiens à remercier les voix qui nous ont soutenu, notamment celles du Secrétaire général des Nations
Unies, de la présidence de la COP26, de l'Initiative pour l'adaptation en Afrique, du Centre mondial sur
l'adaptation et de la Banque africaine de développement, ainsi que celles de nombreux autres chefs
d'État et dirigeants du monde.

Excellences,
Les voix de l’Afrique étaient claires. Nous devons intensifier l'adaptation. Le temps des projets pilotes
est terminé. Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons agir ensemble et vite.
Les inondations et les sécheresses, l'érosion côtière et les cyclones, les vagues de chaleur torride sont
de plus en plus intenses. Nos cultures, nos villes, nos enfants doivent être protégés face à l'urgence
climatique que nous traversons. Nous avons à peine contribué à cette crise mondiale, mais nous la
ressentons chaque jour.
Je l'ai dit au début de cette rencontre et je vais le répéter : L'Afrique ne reçoit pas assez d'argent pour
l'adaptation. Nous ne recevons que 6 milliards de dollars par an. Nous avons besoin de 33 milliards de
dollars. Nous ne pouvons plus attendre.
Le monde a promis 100 milliards de dollars. Le monde a promis plus d'argent pour l'adaptation. Le
monde doit tenir sa promesse.
Nous avons annoncé nos engagements à faire ce qui est attendu de nous dans le cadre des
contributions déterminées au niveau national (NDC). Mais nous ne pouvons pas le faire seuls.

Nous ne
sommes pas la cause de ce problème. Nous avons besoin de partenaires pour le résoudre.
Excellences,
Il ne nous reste que quelques jours pour cette COP26. Nous avons un plan d'action qui nous appartient
et qui est piloté par l’Afrique. Il est ciblé. Il est ambitieux. Et il a notre soutien. Ce plan permettra de
faire face au triple impact de la récession économique, de la pandémie persistante et des ravages de
la crise climatique dans nos pays.
Grâce à la Banque africaine de développement, la moitié de ce plan est prise en charge. Nous avons
besoin que le monde finance l'autre moitié.

Excellences,
Ne quittons pas Glasgow sans un engagement ferme d'au moins 6 milliards de dollars en faveur du
Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique. Faisons en sorte d'arriver à la COP27 avec le
solde. 25 milliards de dollars sur cinq ans sont largement insuffisants pour combler le déficit en matière
d'adaptation en Afrique. Mais cette enveloppe permettra de renforcer la confiance entre l'Afrique et ses partenaires. Elle permettra d'intensifier les actions et de produire des résultats qui inspireront
d'autres pays.
L'adaptation n'est pas le problème de quelques-uns. L'adaptation en Afrique a besoin de tout le monde . Nous avons besoin de vous.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *