Coopération : deux chefs d'État africains soupçonnés de trafic d'armes avec un influent sujet Biélorusse

Les deux Présidents Emmerson Mnangagwa et Alexander Lukashenko en Janvier 2019. Ph. Tiers

Le consul honoraire du Zimbabwe en Biélorussie, Alexander Zingman, a été arrêté mercredi 17 mars à Lubumbashi, en République démocratique du Congo (RDC) ,après une réunion privée avec l'ancien président Joseph Kabila, affirment plusieurs sources Biélorusses, citant une autre source proche de l'administration du président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi.

L'arrestation de Zingman en RDC, à la suite de sa rencontre avec Kabila, intervient trois semaines après que l'ancien dirigeant congolais se soit discrètement présenté au Zimbabwe pour des discussions privées avec Mnangagwa, comme l'a révélé en exclusivité The NewsHawks.

Par ailleurs, une autre source Congolaise a affirmé que Zingman avait proposé de vendre des armes à l'ancien président Kabila, dont les relations avec son successeur seraient tendues. La même source a déclaré aux médias Biélorusses, qu'il n'y avait jusque-là aucune preuve que Kabila avait accepté de conclure ce marché des accords sur les armes.

L'histoire

L'homme d'affaires russo-américain et présumé trafiquant d'armes entretient des liens étroits avec le président de la République Biélorusse, Alexander Lukashenko et le président Emmerson Mnangagwa, du Zimbabwe depuis plusieurs années. Zingman entretient également de bonnes relations avec le président Zambien, qui a acheté cinq jets Sukhoi à la Russie en 2017 sous sa médiation.

En 2019, le président Emmerson Mnangagwa a nommé Zingman consul honoraire et officié à l'ouverture de ses bureaux à Minsk, la capitale. Zingman, qui a été arrêté dans la ville méridionale de Lubumbashi, a joué un rôle central dans les accords opaques de plusieurs millions de dollars de Mnangagwa avec la Biélorussie.

Incident diplomatique

Zingman a une double nationalité américaine et biélorusse, et son arrestation a conduit à incident diplomatique. La même source a déclaré que les gouvernements des Émirats arabes unis et du Zimbabwe faisaient tous deux pressions pour sa libération. Malgré cette forte pression, les autorités congolaises ont déclaré qu'elles «le détenaient pour un moment ».

Connivence avec les chefs d'État

De son côté, l'opposante Biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya salue l'arrestation de Zingman et appelle à une enquête sur les affaires de l'homme d'affaires russo-américain.


''L'arrestation de l'oligarque et du présumé trafiquant d'armes Alexander Zingman devrait être la première étape pour enquêter sur ses affaires louches et ses liens étroits avec le régime biélorusse. Loukachenka et ses copains ont utilisé des stratagèmes de corruption pour le blanchiment d'argent. Ses actifs à l'étranger doivent être retrouvés'' a-t-elle déclaré sur son compte tweeter.

Nelly E