Consultations nationales :"...si l'on constate des blocages, il est loisible de revoir les conditions ou faire une nouvelle coalition"(Membre de la CNDH)

Le président de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), Mwamba Mushikonke Mwamus lors de la clôture de la session ordinaire le 14/09/2015 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

À l'ordre du premier jour à l'ouverture des consultations Présidentielles de ce lundi 02 novembre 2020 au palais de la nation, il a exclusivement prévu de recevoir les institutions d'appui à la démocratie et la société civile.

Pour Mwamba Mushikonke, la CNDH, apporté ces réponses à la question lui posée par le Chef de l'État "…la CNDH a donné son avis et cet avis a été pris en compte par le Président de la République, c'était un avis qui tiendrait compte aussi de la promotion et la protection des droits de l'homme en rapport avec notre mission et c'est ce qui a fait que nous puissions éclairer le Président par rapport à la question qu'il nous a posée, le Président nous a remercié pour notre contribution"a dit Mwamba Mushikonke, président de la CNDH au sortir de leur entretien avec le Chef de l'État.

Et d'ajouter, "Outre la base globale de droit de l'homme, nous avons aussi constaté que dans la constitution, il est possible de faire la coalition, mais si après une évaluation l'on constate que cette coalition ne marche pas, il est loisible de revoir les conditions ou faire une nouvelle coalition. Le respect des droits de l'homme c'est aussi dans la gestion des institutions, quand les institutions sont fortes, la République ira mieux"a conclu un autre membre ayant pris la parole devant la presse au sortir de l'audience

BM