Congolité : La RDC dénonce l'ingérence étrangère dans les affaires de l'Etat

L"ambassadeur americain en poste à Kinshasa et le président du bureau de l'assemblée nationale Chritophe Mboso

Le gouvernement congolais est fermement déterminé à sauvegarder sa souveraineté nationale, ainsi que sa sécurité et ses intérêts de développement, en réitérant son engagement indéfectible aux buts et principes de l'organisation des Nations Unies. Cependant, elle regrette ''cette propension audacieuse de certains diplomates à prendre publiquement position sur des questions qui relèvent du domaine réservé de l'Etat, a annoncé mardi Christophe MBOSO N’KODIA PWANGA , président de l'Assemblée Nationale.

Le président de L'Assemblée Nationale a fait ces remarques lors de l'ouverture de la séance plénière du 13 juillet 2021 marquée par une proposition de loi, portée par le député national Nsingi Pululu, qui déferle le débat public depuis le jeudi dernier.

''Dès lors, la proposition de l’Honorable NSINGI PULULU convient d’être classée, comme tant d’autres, dans l’exercice normal des fonctions parlementaires par un élu à qui l’on ne peut interdire de jouer son rôle. Elle relève de la liberté d’expression garantie à tous les Congolais, de surcroit à un Député national''a déclaré le président de L'Assemblée Nationale.

Pour ce dernier, ''L’ensemble de ce processus, loin d’être objet de l’arbitraire, est fondamentalement marqué par les dispositions constitutionnelles et réglementaires auxquelles est soumise notre Chambre'' a-t-il ajouté avant de poursuivre.

''Comment, dès lors, comprendre les agitations politiciennes constatées dans l’opinion, même dans le chef des intellectuels de haut niveau, des diplomates et des Honorables Députés, pourtant fins connaisseurs de cette procédure ? S'est-il interrogé.

Par ricochet, la RDC s'oppose fermement à l'ingérence étrangère sur des questions qui relèvent de souveraineté de l'etat, voire ''à mettre la pression sur ses institutions dans le but d'orienter les décisions'' a dénoncé le président de L'Assemblée Nationale fustigeant la prise de position de certains diplomates accrédités en République démocratique du Congo.

Notant que Mike Hammer ambassadeur des États-Unis d’Amérique en RDC et Bintou Keita la cheffe de l’Organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) ont rejeté récemment le débat clivant sur la nationalité.

Nelly E,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *