Climat : c'est la semaine mondiale de l'eau

L'eau, c'est la vie. Ph. Tiers

Depuis 1991, la manifestation organisée à Stockholm est le rendez-vous obligé de tous les acteurs mondiaux de l’eau. Cette année, la Semaine mondiale de l'eau s'est ouverte le 23 août avec des appels à des transformations massives de nos sociétés. Les participants du monde entier passeront la semaine à venir à élaborer des solutions pour aider le monde à relever des défis tels que la pénurie d'eau, la crise climatique, la pauvreté et la perte de biodiversité.

Trente ans après son lancement, la Semaine mondiale de l'eau 2021 a été repensée pour avoir un impact maximal. La principale conférence mondiale sur l'eau se tient du 23 au 27 août sous la forme d'un événement en ligne gratuit sur le thème « Building Resilience Faster » Des participants de plus de 150 pays vont co-créer des solutions concrètes.

« Nous voulons que la Semaine mondiale de l'eau soit une plate-forme d'action engageant tout le monde », a déclaré Henrika Thomasson, directrice de la Semaine mondiale de l'eau à l'Institut international de l'eau de Stockholm, l'organisateur de la Semaine mondiale de l'eau.

« La collaboration transfrontalière est plus importante que jamais. Au cours de la prochaine décennie, tous les secteurs de la société devront subir des transformations massives », a expliqué le directeur exécutif Torgny Holmgren, soulignant le rôle crucial de l'eau pour ces transformations et pour atteindre les objectifs climatiques et les objectifs de développement durable.

Dans son discours d'ouverture, le professeur Johan Rockström, de l'Institut de recherche sur l'impact du climat de Potsdam, a décrit comment l'homme modifie dangereusement les systèmes de survie de la Terre. Un exemple est la manière dont l'eau douce est affectée par le changement que l'homme provoque dans le climat et la biodiversité. Rockström et son équipe ont identifié l'eau douce comme l'une des neuf frontières planétaires à ne pas franchir. « L'eau douce doit être intégrée dans l'agenda climatique », a déclaré Rockström. « Nous devons d'abord atteindre les Objectifs de développement durable d'ici 2030, mais ensuite se transformer vers un avenir plus sûr dans les limites planétaires. »

Le monde n'est cependant pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable, a averti Amina Mohammed, secrétaire générale adjointe des Nations unies, lorsqu'elle a été interrogée par l'animateur Alok Jha lors de la cérémonie d'ouverture. « Avant la Covid, nous étions à côté de la plaque et après la Covid, encore plus », a-t-elle noté. « Mais la reprise pourrait nous remettre sur les rails. Il y a une lueur d'espoir. Il y a des choses que nous pouvons améliorer, il y a des choses que nous pouvons mettre davantage au centre des investissements que nous demandons maintenant. »

Les participants peuvent profiter de plus de 400 sessions. Parmi les temps forts de la semaine, citons les cérémonies royales de remise des prestigieux prix de l'eau de Stockholm et du Stockholm Junior Water Prize.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *