CENI/Preuves de corruptions contre Kadima : "la primeur était réservée au chef de l’État malheureusement l’audience n'a jamais été accordée", CENCO-ECC

Le président Tshisekedi saluant Mgr UTEMBI de la CENCO;

Le duo ECC-CENCO a tenu un point de presse ce jeudi 07 octobre à Kinshsasa. Ce, pour donner son point de vue sur le blocage du choix de deux candidats à la CENI, notamment le Président de cette institution d’appui à la démocratie.

Réagissant sur les preuves d’accusations de corruptions qui pèsent sur le candidat de 6 autres confessions religieuses, à savoir Denis Kadima, Cenco et Ecc ont indiqué que la primeur de ces accusations était réservée au chef de l’Etat à qui elles ont sollicité une audience qui n’a pas été accordée.

« Comme les choses n’évoluaient pas sur terrain, le présidium a sollicité une audience auprès du chef de l’Etat, conforment aux articles 68 et 69 de la constitution pour partager avec lui leurs préoccupations et lui donner la primeur de certaines preuves délicates sur les griefs qui pèsent sur le candidat qui pose problème malheureusement cette audience ne lui a pas été accordée », dit le duo CENCO-ECC

Il sied de rappeler que le chef de l’Etat, lors de son passage sur VOA aux USA, avait déclaré qu’il n’était pas possible pour lui de recevoir seulement deux confessions religieuses sur six car c’est une affaire des confessions religieuses et non des politiques.

« J'ai refusé leur invitation, vous imaginez il y a six contre deux, quelle position puis-je prendre là-dedans ? Si je dis Ok, on retire comme disent les deux confessions religieuses qui sont minoritaires, les six autres confessions religieuses le prendraient très mal, si on impose parce qu’il y a six contre deux, les deux autres le prendront mal, ce n'est pas une affaire des politiques, c'est une affaire, je l'ai redit encore des confessions religieuses. Donc ce n'est pas mon affaire », avait-il dit.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *