CÉNI/Entérinement de Denis Kadima : le parti politique « NKITA » responsabilise Félix Tshisekedi des conséquences de la crise

Le Parti Politique « NKITA » se dit contre l’entérinement de « la nouvelle équipe incomplète » de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) par le Président de la République, sur ordonnance présidentielle dont à sa tête Dénis Kadima et le tient responsables du chaos qui sortira de cette crise.

Dans un communiqué de presse de cette formation politique de Jerry Lubala Munguakonkwa, en qualité du président national qui n'a eu de cesse d’appeler toutes les parties prenantes à « privilégier la voie d’un dialogue pour cimenter un consensus » sur la question, notamment dans la désignation des futurs animateurs dans un processus transparent dans l’ensemble du processus électoral. Ce, aux fins de dégager ensemble les options majeures sur lesquelles les parties prenantes doivent se mettre d’accord, a observé malgré les préventions venant des divers horizons à l’entérinement au forceps du nouveau bureau de la CENI, « incomplète », par l’Assemblée Nationale et sur ordonnance présidentielle.

Cette situation, rapporte NKITA, a « envenimé la vie politique en République démocratique du Congo déjà sujet de meurtrissures dont souffre son peuple ».

Pour ce faire, NKITA « tient pour responsables du chaos qui résultera de cette situation, le pouvoir en place, à savoir la majorité de l’Union sacrée de la Nation avec en tête son leader, le Président de la République, qui s’est montré incapable de se mettre au-dessus de la mêlée, comme l’exigeait pourtant la situation ».

« Nkita joint sa voix à celle de toutes les forces du véritable changement pour appeler le peuple à se prendre en charge, car, trop c’est trop », conclu ce communiqué.

Signalons que plusieurs formations politiques acquises au changement se joignent à l’idée de la création d’un bloc patriotique de l’opposition, initié par le leader de Lamuka Martin Fayulu. Ce, pour lutter contre l’investiture de Denis Kadima à la tête de CENI mais aussi à dépolitiser cette structure à d'appuie à la démocratie.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *