Cameroun: les femmes veuves forcées de boire l’eau utilisée sur le cadavre de leur mari

Cérémonie de veuvage au Cameroun. Photo de tiers

Ecouter cette information

Les femmes veuves de la partie ouest du Cameroun sont souvent forcées de boire l’eau utilisée sur le cadavre de leur mari. Une pratique traditionnelle qu’elles ont dénoncé le vendredi 24 juillet et qu’elles qualifient de “dure”.

À en croire le média La Voix de l’Amérique (VOA), qui a suivi ces femmes, au moins 250 veuves de l’ouest du Cameroun ont organisé des manifestations pour appeler à la fin des rituels de nettoyage et d’autres pratiques culturelles qu’elles disent avoir été forcées de subir après la mort de leur mari. Cette manifestation a eu lieu dans la ville occidentale de Bafoussam.

“Les femmes se disent opposées aux pratiques qui incluent le rituel d’être forcé de boire de l’eau utilisée pour baigner le corps de leur défunt mari, signe qu’elles n’ont pas tué leur conjoint. Les femmes disent également que la pratique consistant à devoir rester avec leur belle-famille pendant environ un an après la mort de leur mari est cruelle”, indique le média.

“Les pratiques consistent à nettoyer les femmes des mauvais esprits provoqués par la mort de leur conjoint”, indique Njingum Ngemnye, une personnalité publique.

“Le gouvernement a éduqué les communautés afin d’éviter de telles pratiques”, déclare Ernestine Essah, le plus haut fonctionnaire de Noun, une unité administrative. Il a, lui aussi dénoncé ce problème “le plus inquiétant qu’elle ait observé dans l’ouest du Cameroun qui est la manière inhumaine dont les femmes sont traitées lorsqu’elles perdent leur mari”.

Liévin LUZOLO