Braconnage : une opération congolo-americaine permet l’arrestation de 2 trafiquants aux Etats-Unis

Ivoire. Ph. Tiers

Une opération ciblant le « trafic d’espèces sauvages », pendant plus de deux ans entre le service de Sécurité Diplomatique de l’Ambassade des États-Unis à Kinshasa, Homeland Security Investigations (HSI) et le Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), a permis l’arrestation de deux trafiquants congolais le jeudi 4 novembre dernier avec environ 3,5 millions de dollars d’ivoire, de corne de rhinocéros et d’écailles de pangolin. Les interpellations ont eu lieu aux Etats-Unis, ont annoncé ce lundi l’Ambassade des États-Unis à Kinshasa.

''À la fin de la semaine dernière, une Equipe Spéciale composée de la branche répressive de l’autorité congolaise chargée de la faune, l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), de la Police Nationale Congolaise (PNC), d’Interpol et de membres de l’armée congolaise (FARDC) a saisi des produits de contrebande liés au trafic d’espèces sauvages dans plusieurs cachettes à Kinshasa.  L’équipe spéciale a saisi 937.57 Kgs d’ivoire et 34Kgs d’écailles de pangolin d’une valeur approximative de 3,5 millions de dollars.  Les Forces de l’Ordre congolaises et l’équipe de l’ambassade ont ensuite travaillé ensemble pour assurer un stockage approprié des articles saisis à la Banque centrale''. a fait savoir l'ambassade américaine.

Selon la même source, Cette opération a été menée dans le cadre du Partenariat Privilégié pour la Paix, la Prospérité et la Préservation de l’environnement entre les États-Unis et la RDC, par lequel les deux pays travaillent ensemble pour promouvoir une gouvernance efficace, améliorer l’état de droit, lutter contre la corruption et combattre le crime.

« J’applaudis l’action rapide de la task force États-Unis-RDC. Le succès de cette opération illustre l’engagement concret du gouvernement des États-Unis à collaborer avec les forces de l’ordre congolaises pour combattre le trafic illicite d’espèces sauvages qui prive la RDC de ses trésors naturels et sert à financer les groupes armés et les terroristes », a déclaré l’Ambassadeur Mike Hammer. « Nous continuerons à travailler ensemble pour contrecarrer ces acteurs néfastes et protéger la biodiversité de la République démocratique du Congo. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *