Berlin/"COMPACT WITH AFRICA": l'intégralité du discours de Félix Tshisekedi

Le chef de l'État Congolais et président de l'Union Africaine Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a prononcé son allocution, au nom du continent africain lors du 4ème sommet du pacte du G20 avec l'Afrique, "COMPACT WITH AFRICA" tenue à Berlin, la capitale Allemande.

À l'occasion, Félix Tshisekedi a invité les différents parties à redoubler d'efforts pour plus d'investissements privés afin de booster les économies du continent avant de lancer un appel à la mobilisation générale pour la vaccination contre la pandémie du coronavirus.

Ci-dessous, l'intégralité du discours

Madame la Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne,
Mesdames et Messieurs les Présidents et Chefs de Gouvernements,
Monsieur le Président du Parlement Européen,
Monsieur le Président du Conseil Européen,
Mesdames et Messieurs les Partenaires Multilatéraux,
Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités respectifs,

Distingués invités,

C’est un immense honneur pour moi de prendre la parole, au nom de l’Afrique, à l’occasion de ce 4ème Sommet du Pacte du G20 avec l’Afrique, « Compact with Africa » conjointement présidé par la République Fédérale d’Allemagne et la
République d’Afrique du Sud. C’est aussi l’occasion pour adresser mes chaleureux
remerciements au Gouvernement et au peuple Allemand pour leur hospitalité.

D’emblée, j’aimerais relever le caractère historique de ce Sommet qui constitue le dernier que préside Son Excellence Madame la Chancelière Merkel, elle, qui a tant œuvré en faveur de cette initiative lancée en mars 2017 sous la Présidence Allemande du G20. Je profite également de cette occasion pour rendre un hommage appuyé à son leadership ainsi qu’à son engagement en faveur de la promotion d’excellentes relations économiques entre l’Allemagne et l’Afrique.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Le Pacte du G20 pour l’Afrique est une initiative visant à soutenir une croissance forte et inclusive des économies africaines, à travers la promotion de réformes structurelles contribuant à la mobilisation des investissements privés.

Dans le contexte actuel marqué par la crise sanitaire due à la pandémie de la Covid -19, les économies Africaines ont d’importants besoins de financement pour redresser leurs trajectoires économiques. Certes, nous avons consenti des efforts pour limiter ce choc sans précédent ; mais les mesures déployées pour soutenir nos économies ont été en deçà du niveau des plans de relance mis en œuvre ailleurs dans le monde, en particulier dans les pays développés. Dès lors, la reprise qui s’amorce risque d’être inégale aggravant ainsi les écarts entre l’Afrique et le reste du monde. Je suis convaincu que le Pacte du G20 avec l’Afrique contribuera à canaliser des nouveaux investissements vers l’Afrique, à renforcer notre coopération avec l’Union Européenne et à orienter les économies africaines vers une croissance robuste, durable et inclusive.

C’est ainsi que l’Afrique, par ma voix, exprime son souhait de voir s’établir un partenariat gagnant-gagnant avec l’Allemagne et l’ensemble des pays membres du G20.

Grande pourvoyeuse de matières premières, l’Afrique sollicite une plus grande implication de ses partenaires dans le processus de transformation de ses ressources. Le Pacte du G20 avec l’Afrique est important pour combler le grand déficit en infrastructures du continent.

Par ailleurs les financements alternatifs de ces dernières années n’ont pas livré les résultats escomptés, mais bien au contraire, ils ont parfois conduit au surendettement de certaines nations Africaines. Nous devons repenser ensemble un modèle approprié de financement des infrastructures grâce aux nouveaux outils proposés notamment par l’Union Européenne.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,

Je remercie les partenaires multilatéraux pour leur soutien financier envers le continent. De manière particulière, je salue la nouvelle allocation de 650 milliards de dollars de Droits de Tirages Spéciaux (DTS, en sigle) du FMI pour répondre aux besoins de financement des économies. Toutefois, les 33 milliards de dollars alloués à l’Afrique sont insuffisants au regard de ses ambitions de relance économique.

Je voudrais rappeler l’objectif du sommet de Paris, d’atteindre 100 milliards de dollars grâce à la réallocation d’une partie des DTS des pays riches non-utilisés vers les pays pauvres. Je plaide donc pour accélérer la mise à disposition de ces ressources.

Je ne saurais terminer mon allocution sans nous inviter tous à une forte mobilisation pour permettre l’accès aux vaccins aux africains, en facilitant l’acquisition et en développant les capacités de production en Afrique, pour lutter efficacement contre la pandémie de la COVID-19, condition nécessaire à la
résilience de nos économies.

Pour clore mon propos, je voudrais réitérer mes remerciements à l’Allemagne et à l’Afrique du Sud pour ce rendez-vous « Compact with Africa », je réaffirme l’engagement de l’Union Africaine à poursuivre la mobilisation de ses États membres en faveur de cette importante initiative.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *