BENI : Les 13 activistes arrêtés lors de manifestation anti-monusco en novembre dernier, sont enfin libres !

Ecouter cette information

Arrêtés en pleine manifestation pour dénoncer l’inaction de la Monusco et décrier les massacres des civils dans la région de Beni en novembre 2019, les 13 Activistes de deux mouvements citoyens, notamment la lucha et la véranda Mutsanga, leur libération est intervenue ce mardi 14 janvier 2020 à KANGBAYI.

Ces 13 activistes dont 9 de la commune rurale d’oicha et 4 de la ville de Beni étaient poursuivis par l’auditorat près la cour militaire opérationnelle du Nord Kivu pour avoir participé à un mouvement dit insurrectionnel, ont d’obtenu cette libération, grâce à un plaidoyer du Bureau conjoint de Nations Unies aux Droits de l’homme ( BCNUDH) de la Monusco Beni. Il sied de noter que parmi ces activistes, se trouvaient trois mineurs.

Pour rappel, le jeudi 9 Janvier 2020 les militants de la lucha, étaient dans la rue à Beni pour exiger que la libération de leurs camarades soit effective et que les éléments de l’ordre qui ont tiré sur la population en pleine manifestation en nombre dernier soient poursuivis.
Ces manifestants voulaient aussi avoir un échange avec le responsable de l’auditorat pour trouver les réponses aux questions, selon eux, qui continuent à tourmenter leur esprit au sujet du meurtre de leur camarade Obadi Kanzogha et de tous les autres manifestants.
«-Combien sont les personnes qui ont été tuées par la police et les casques bleues de la Monusco pendant les récentes manifestations à Beni ? -Les auteurs directs et indirects de ces incidents sont-ils déjà identifiés ? Si oui, qui sont-ils ? -Quelles sont les mesures prises pour l’instant à l’égard de ces présumés assassins ? -Quelles sont les mesures prises par les autorités pour aider les familles à organiser les obsèques et à réparer les préjudices subis à la suite de ces dérapages des forces de sécurité ?» sont les questions majeures qu’on pouvait lire dans le mémorandum qu’ils avaient lu ce même jeudi.

On se souviendra qu’en novembre dernier, plusieurs personnes ont trouvé la mort lors des différentes manifestations contre l’insécurité dans la partie nord du pays et pour exiger le départ de la Monusco à Beni.

Prince Bagheni à Goma