Beni: la tension monte à Oïcha après le meurtre de deux civils

Deux officiers des FARDC lors d'une décente sur l'axe Oïcha-Eringeti/Photo de tiers

La population de la cité d'Oïcha manifeste ce lundi 14 septembre 2020 au lendemain du meurtre de deux civils par un élément incontrôlé des forces de sécurité. Des jeunes visiblement en colère barricadent la route nationale N 4, une façon pour eux d'exprimer leur ras-le-bol.

C'est ce que rapporte à election-net.com, la convention pour le respect des droits de l'homme (CRDH) par l'entremise de son secrétaire, Patrick Mukohe. Il précise que ces agissements des jeunes ont poussé les forces de l'ordre d'user des tirs à balles réelles pour tenter de disperser les manifestants.

"La population de la commune d'oicha est en deuil ce lundi 14 septembre 2020. La route N°4 barricadée par les jeunes pour empêcher le passage aux véhicules, une cause de plusieurs balles de la police qui cherche à libérer la voie publique", explique-t-il.

A la même occasion, "la CRDH dénonce et condamne ces meurtres causant la rupture du mariage civilo- militaire dans cette zone meurtrie depuis longtemps par des massacres. Aussi elle suggère que les militaires issus du brassage du M23 et d'autres groupes rebelles déployés depuis longtemps dans cette zone soient expulsés de l'Est du pays car prouvant d'une complicité dans les tueries de Beni".

Dieubon Mughenze depuis Beni