Beni: Incendie à la Monusco et Mairie, reprise des audiences ce mercredi

Le camp de la Monusco de Boikene à Béni le 16 novembre 2018. (Image d'illustration) EUTERS/Samuel Mambo

Ce mercredi 14 octobre, le procès qui vise dix-huit personnes dont douze agents de police et six officiers, accusées des infractions d’abandon de poste lors des opérations, violation des consignes et pillage dans l’affaire de l’incendie des bureaux de la mairie et de la Monusco dans la ville de Beni, a débuté à la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu.


Les policiers à la Barre ont, pour leurs défenses, immédiatement donné le ton en s'élevant contre la constitution de partie civile, et ont rejeté tous les chefs d’accusations.

Pour ces derniers, c’est le commandant en place qui a donné l’ordre de dégarnir leurs positions où ils étaient déployés. Est également mis en cause l'ancien commandant de la police-ville, le colonel Safari Kazi Ngufu.


Le commissaire supérieur adjoint a indiqué que le jour de la manifestation qui a débouché sur cet incendie, c’est bien lui qui commandait les éléments de la police.

Cependant, à l’audience du mercredi, la cour militaire opérationnelle, a présenté la déposition du colonel Jean-Felix Safari Kazingu par une commission rogatoire, devant le la Cour militaire de Kinshasa-Gombe sur toutes les préventions.


Après avoir entendu les arguments des uns et des autres sur le contenu de la déposition, la Cour a ordonné une descente sur terrain hier, jeudi 15 octobre, afin de s’imprégner des circonstances qui ont entouré la destruction et l’incendie de la mairie et des installations de la MONUSCO au quartier Boikene.


Les audiences se poursuivront et l'affaire sera tranchée.

Kivin Arsène Bile avec Radio Okapi