Beni: Delcat Idinco, arrêté pour une chanson critiquant les politiciens congolais

Illustration : vue du dos d ;un politicien en veste

Poursuivi pour outrage aux politiciens congolais à la suite de la sortie de sa nouvelle chanson «politiciens escrocs », l’artiste congolais engagé Delcat Idinco, incarcéré depuis près d’une semaine au cachot du Centre de Coordination des Opérations (CCO) de Beni, encourt la prison. Une façon de le museler, selon un activiste du mouvement pro démocratie Lutte pour le changement (LUCHA).

Dans sa chanson, adressée aux politiciens congolais dont le Chef de l’État Tshisekedi, il citait nommément avec images les noms des autorités congolaises qu’il considérait escrocs. Il est inculpé de diffamation.

Pour Loswire Shabani, militant de la Lucha RDC qui confirme cette information, ”DELCAT IDINCO ne pouvait pas être l’objet d’une arrestation qui visiblement transforme notre démocratie à une monarchie”.

Ci-dessous son désaveu :

DE LA DÉMOCRATIE À LA MONARCHIE PAR Loswire Shabani

Depuis quelques jours, l’artiste engagé vivant en ville de Beni au nom de DELCAT IDINCO a été mis en détention à la suite de sa nouvelle chanson ” politiciens escrocs”. Un message transmis au président de la République qui dans les années écoulées avait promis : De s’installer à l’est du pays et ordonner le déplacement de camp Kokolo, du jamais vu malheureusement ;

Au gouverneur de la province du Nord-kivu qui a initié le paiement d’une plaque d’immatriculation malheureusement contestée par la population au vu de l’insécurité grandissante.

Aux élus de Beni qui pendant la campagne électorale de 2018 promettaient des choses qui malheureusement n’ont jamais été réalisées.

Dans ce contexte, en exerçant son droit constitutionnellement garanti, celui de la liberté d’expression dans l’article 23 de la constitution du 18 février 2006.
Partant aussi des principes démocratiques et la construction d’un vrai état de droit, l’artiste DELCAT IDINCO ne pouvait pas être l’objet d’une arrestation qui visiblement transforme notre démocratie à une monarchie. Il n’y rien d’outrageant dans sa chanson, il a rappelé et son rappel n’est rien d’autre qu’une vérité. Ce pays est à nous tous, il n’est pas une monarchie moins encore un patrimoine d’un click des politiciens.

Libérez-nous Idinco delcat et profitez de ses critiques pour améliorer en quelque sorte la défaillance qui sévit dans la gouvernance.