Beni/ADF : Un député provincial dénonce ''une énième passivité'' des casques bleus de la monusco

Photo d'illustration des installations et galeries construites par de présumés rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) pour se protéger des bombardements. Ph. Monuc

Au lendemain de massacres d'au-moins 6 civils dans l'agglomération de Bulongo, sur la route Beni-Kasindi, plusieurs disparus, le député provincial Saidi Balikwisha dénonce une énième passivité des éléments casque bleus de la monusco.

Dans une déclaration consultée par election-net.com ce mardi 22 décembre 2020, cet élu de Beni territoire, souligne que ce énième drame a été signalé à moins de 60 km, d'une base des casques bleus qui ont mandat de protéger les civils,

''[…] ils ont des outils appropriés pour le faire, mais Dieu seul sait pourquoi ils n'agissent pas'', regrette t-il.

Cependant, il a fait savoir qu'aucune parole ne peut encore être dite pour décrire le mal qui continue à frapper le territoire de Beni et se faire entendre auprès des décideurs de ce monde qui continuent à oublier le sort de la population de ce coin.

Et de reparler que des menaces sérieuses pèsent encore sur toutes les grandes agglomérations du secteur de Rwenzori. Et cela malgré les alertes qui sont données jour après jour

''[…]et des populations civiles et des acteurs politiques et ceux de la société civile, les mesures préventives semblent moins produire pour sauver les vies humaines de la population de cette contrée'', a-t-il indiqué.

Enfin, il a demandé à l'armée de fournir beaucoup d'efforts pour prévenir au lieu ''de subir des humiliations de la part d'un groupe de gens se baladant femmes et enfants''.

''Je joins ma voix à celle des familles de victimes de cette barbarie." A-t-il conclu

Prince Bagheni, à Goma