Aux États-Unis, un homme originaire de Singapour admet être un espion chinois

Photo d'illustration d'une capture d'écran présentant Donald Trump et Xi Jinping. Ph. montage BCC

Ecouter cette information

Un Singapourien, accusé d’avoir espionné les États-Unis au profit de la Chine, a plaidé coupable, ce vendredi 24 juillet, devant un juge de Washington, a annoncé le ministère de la justice américaine.

Jun Wei Yeo, docteur en politiques publiques a été accusé d’avoir utilisé ses services de conseils politiques en Amérique du nord comme une organisation de façade pour collecter des informations pour les services de renseignement chinois, selon la justice américaine. Il encourt dix ans de prison.

cet espion chinois a été recruté en 2015 par les autorités chinoises initialement pour fournir des informations sur des pays d’Asie, et ensuite il a été appelé à se concentrer rien que sur les États-Unis.

Lors de son plaidoyer, il admis d’avoir monté en 2018 une fausse entreprise de consultants pour récupérer des CV et des informations sur des militaires américains ou des fonctionnaires travaillant dans des sphères sensibles, qu’ils transmettaient ensuite à la Chine.

Selon ses aveux , Yeo a utilisé un site web de réseautage professionnel LinkedIn pour contacter ses cibles et personnes susceptibles d’avoir accès à des informations américaines sensibles sauf qu’il a été arrêté alors qu’il s’envolait pour les États-Unis en 2019.

Tensions entre la Chine et les États-Unis ?

Les États-Unis et la Chine sont en guerre tarifaire depuis 2018. De plus, les américains ont accusé la Chine d’être responsable de la propagation mondiale du Covid-19  sans toutefois présenter de preuves, que le virus provenait réellement d’un laboratoire chinois de Wuhan. Par contre, pour les chinois, les États-Unis veulent freiner leur ascension en tant que puissance économique mondiale car ils ont peur que la Chine devienne une première puissance mondiale.

La Rédaction