Assemblée nationale : La plénière adopte le rapport général du processus électoral 2012-2019

Vue du siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa, le 10/05/2018 pour la sensibilisation des électeurs. Radio Okapi/Ph. John Bompengo


Au terme de 48 heures sollicitées pour mieux cerner les préoccupations des députés nationaux soulevées lors de la présentation du Rapport général du processus électoral 2012-2019 et du rapport 2019-2020, Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante, arrivé fin mandat, est revenu, ce mardi 13 avril dans la salle de Congrès du Palais du peuple. Ce, pour répondre aux préoccupations des députés nationaux.

Après avoir fourni des explications claires aux questions soulevées par la représentation nationale, le président de la CENI a regroupé en dix points les réponses relatives aux préoccupations sur le rapport général du processus électoral 2012-2019 et 2019 et 2020. Le rapport a finalement été adopté à la majorité écrasante des députés présents dans l’hémicycle au moment du vote.

Au terme de cet exercice, Corneille Nangaa a dit sa satisfaction d’avoir bouclé en beauté un cycle électoral pour ouvrir la voie à un nouveau cycle qui commence par des réformes électorales.

« Nous nous sommes prêtés à cet exercice conformément à la loi. Nous avons clôturé un processus électoral, il a fallu qu’un rapport y afférent soit présenté à la représentation nationale. C’est ce que nous avons fait », a-t-il déclaré visiblement après avoir rempli un devoir républicain.

M. Nangaa a aussi profité de la circonstance pour remercier les députés qui ont formulé des avis, conseils et recommandations pertinents lors du débat général sur le rapport.
En tant qu’organe technique dont la mission est la conduite de tout processus électoral dans le pays, s’est réjoui par ailleurs Corneille Nangaa, la CENI a apporté plus ou moins d’éclairage sur la question du processus électoral.

« C’est donc avec satisfaction que mes collègues et moi-même constatons que le draft de deux rapports ont été adoptés à la Chambre basse du Parlement », a-t-il placé d’autre part.
Pour l’essentiel, s’est-il également félicité, un cycle électoral s’est clôturé et un nouveau cycle a commencé. Et la République se retrouve à cette nouvelle phase qui doit commencer avec des réformes. Avant d’annoncer la disponibilité de son institution à accompagner le travail des élus nationaux et sénateurs qui vont engager le débat sur les réformes électorales.

« La CENI reste disponible, conformément à la loi organique à apporter ses éclairages techniques pour appuyer les députés nationaux et sénateurs qui vont entamer le débat autour de ces réformes ».

Les bienfaits de la machine à voter


Les préoccupationsdes élus nationaux, Corneille Nangaa s’est longuement appesanti sur la question de la machine à voter. Au-delà de toute la théorie développée autour du fonctionnement et du coût de la machine à voter, Nangaa a fait savoir qu’à ce jour, 93 593 machines à voter sont intactes sur les 106 457 kits achetés ; 4 612 nécessitent des retouches des entretiens pour quelques pannes constatées après usage et 75 machines à voter restent à identifier, après ramassage et inventaire.

Au nombre de bénéfices que procure l’usage de cette technologie, Nangaa a aussi relevé le fait qu’avec la machine à voter, il y a possibilité d’organiser jusqu’à quatre scrutins directs combinés le même jour.

Election-net.com/cellcom Ass Nat