img

Actualités

Politique

L'appel à démission du gouverneur de la province de la Tshopo, Louis-Marie Wale Lufungula, continue de susciter des réactions sur place. La dernière, est celle du porte-parole et assistant en communication du gouverneur qui a balayé du revers de la main le document présenté par le cadre de concertation provinciale de la société civile.

Au cours d'une interview exclusive accordée à Élection-net, Jean Stanis Bilanga a qualifié d'infondé le rapport de contrôle citoyen déposé par le cadre de concertation provinciale de la société civile demandant la démission du gouverneur. Pour lui, ce document a été rédigé par un laboratoire quelque part à Kinshasa.

« Le président du cadre de concertation provincial de la société civile n’a fait qu'endosser c’est qu’on lui a envoyé. La preuve en est que lorsque le gouverneur lui a demandé de donner les preuves des griefs lui reprocheés, il n’as pas su le faire. Tout ça, ce sont des accusations des politiciens, rien de société civile là-dedans » indique Jean Stanis Bilanga

Le porte-parole du gouverneur précise également que la démarche de la société civile a été biaisée et le gouverneur ne peut pas faire un cadeau à un adversaire politique.

Dans une correspondance adressée au gouverneur de province dont une copie est parvenue à notre rédaction, le cadre de concertation de la société civile de la Tshopo, appelle le gouverneur Louis-Marie Wale Lufungula à démissionner.

D’après ce document, cette structure citoyenne accuse l’autorité provinciale de plusieurs griefs notamment, la mauvaise gestion, la complicité dans la vente des espaces du marché central, le tribalisme ainsi que le pillage des ressources naturelles dans les territoires de Banalia et Basoko.

Pompon BEYOKOBANA depuis Kisangani

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate