img

Trending

Société

Actualités

Vue du jardin zoologique de Kisangani © photo de tiers

 

22 hectares sur 83 que compte le jardin zoologique de Kisangani sont spoliés par des personnes non qualifiées.  La plupart d’occupants ont érigé des constructions en dur, indiquant qu’ils ont acquis leurs terrains auprès des autorités locales.  


Révélation faite par le commandant de corps pour la protection des parcs nationaux et des aires protégées, à l'issue de la visite du zoo de Kisangani. 

Le Général Major Albert Massi, cité par la Radio onusienne, promet de traduire en justice toutes ces personnes non attitrées qui se sont arrogées le droit de vendre l'espace du jardin zoologique de Kisangani à des tiers. 

« Nous allons nous plaindre contre les gens qui sont en train de spolier le zoo, ils seront traduits en justice. Et nous sollicitons aussi la justice qu’elle puisse faire son travail. Nous demandons d’abord la protection du gouvernement provincial, toutes les autorités. Nous avons le Gouverneur, on l'a vu et le ministère de l’environnement doit aussi s’impliquer pour porter secours au Directeur provincial… », a déclaré le général-major Albert Massi.

Quant aux immeubles déjà construits dans la partie spoliée du zoo, ils seront bientôt détruits, déclare le Commandant du corps de protection des parcs.

En rappel, au mois de juillet 2020, le directeur provincial de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), Paulin Tshikaya, avait déjà dénoncé la spoliation du zoo par les populations riveraines. Dans sa déclaration, le patron de l'ICC avait précisé que des champs y sont cultivés de même que l'enterrement illicite des personnes décédées. « Il y a toute une étendue de concession ou l'on trouve et les cimetières et les constructions et même les champs qui sont faits par les gens qui l’entourent ». 


Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate