img

Actualités

Politique

Société

La mort du chanteur de gospel, Kizito Mihigo continue de soulever des vives réactions , plusieurs observateurs dénoncent une mort " suspecte", et appellent à une autopsie, pour dénicher les circonstances de la disparition du chantre retrouvé éteint lundi dernier dans sa cellule de détention du poste de police de Lemera à Kigali.

Au-delà des frontières Rwandaises, plusieurs d'autres réfutent l'idée de croire que celui-ci se serait suicidé et évoquent simplement un acte d'assassinat de l' icône de la réconciliation orchestré par le régime de Kigali.

Après des réactions des plusieurs pays, notamment la grande Bretagne, c'est le tour des États-Unis.
Le secrétaire adjoint d'État américain chargé des affaires africaines se dit aussi préoccupé par la mort de Kizito Mihigo.

Tibor Nagy s'indigne de constater que le gouvernement Rwandais anticipe pour évoquer que l'artiste Kizito se serait suicidé en son lieu de détention alors qu'aucune enquête n'a réellement prouvée de cela.
cependant, il invite les autorités rwandaises à faire de l'autopsie sur le corp du musicien chrétien avant son inhumation.

https://twitter.com/AsstSecStateAF/status/1230872630728777730?s=19

«Je note avec préoccupation la mort de Kizito Mihigo pendant sa garde à vue et se référencer au suicide avant une enquête ou une autopsie du Bureau Rwandais d'investigation RIB pour connaître les circonstances de la mort» ,réagit sur Twitter Tibor Nagy qui insiste sur des enquêtes indépendantes.

Les spécialistes du pays de milles collines estiment que les enquêtes dans ce pays ne sont indépendants et plusieurs sont faits imputés au régime de Kigali d'orchestrer des emprisonnement et assassinats à l'endroit des plusieurs opposants qui ne convergent pas avec le pouvoir en place.

C'est dans cette optique ,que Human Right Wach appelle aussi à une "enquête exhaustive, indépendante et transparente" que justice soit rendue dans cette situation insiste cette organisation internationale défense des droits de l'homme.

Accusé de vouloir traversé de manière frauduleuse la frontière pour le Burundi, Kizito Mihigo a été arrêté puis détenu dans un poste de police de Kigali où trois jours après sera retrouvé mort dans sa cellule, avait annoncé la police, évoquant un suicide. Plusieurs réactions après cette annonce et note que c'est un mensonge du gouvernement Rwandais qui a assassiné l'artiste ,le ministre Rwandais des affaires africaines olivier Nduhugire avait même appelé à ne pas commenter la mort du chanteur de gospel.

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate