img

Sécurité

L'opération militaire conjointe annoncée entre la RDC, le Rwanda, le Burundi, l'Ouganda et la Tanzanie ne sont pas du goût de tous et ne passe pas non plus chez tous.

De ce nombre, le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa vient de saisir le bureau de l'assemblée nationale. Dans une correspondance adressée à la présidente de la chambre basse du parlement dont une copie est arrivée à la rédaction d'Election-Net, cet élu de Goma demande des précisions sur cette opération militaire conjointe.

Dans sa lettre l'honorable Jean Baptiste explique que c'est par la voie des ondes et des réseaux sociaux qu'il a eu vent d'une éventuelle organisation d'opération militaire conjointe à travers un état major intégré entre la RDC, le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie et le Burundi pour s'attaquer contre les groupes armés dans l'Est du pays.

Pour cet élu du peuple, une telle initiative irrite l'article 21 3 alinéa 2 de la constitution qui dispose " que le gouvernement conclut les accords internationaux non soumis à la ratification après délibération en conseil des ministres. Il en informe l'Assemblée Nationale et le senat" rappelle-t-il.

Mettant la speaker de la chambre basse du parlement devant ses responsabilités, le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa rappelle à Jeannine Mabunda que l'article 34 alinéa 5 du règlement intérieur de l'Asssemblée Nationale la charge de "faire observer le règlement intérieur ainsi que toutes les dispositions constitutionnelles, légales et réglementaires relatifs à l'Asssemblée Nationale"

Le député élu de Goma termine sa lettre en rappelant les dommages d'anciennes initiatives similaires. Il fait allusion à la coopération militaire avec l'Ouganda et le Soudan du Sud dans la lutte contre la LRA de Joseph Koni ou encore celle avec l'armée Rwandaise dans la lutte contre les FDLR dont les souvenirs restent macabres dans l'opinion nationale et les résultats mitigés. Jean-Baptiste Muhindo demande à Jeannine Mabunda de preciser si le gouvernement s'est acquitté de ce devoir.

La balle est désormais dans le camp de la présidente de l'Assemblée nationale. Jeannine Mabunda doit sûrement se souvenir de l'un de ses prédécesseurs, Vital Kamerhe, qui avait perdu son fauteuil pour s'être opposé à l'opération" Usafi" menée conjointement par les FARDC et l'armée Rwandaise en 2009.

Chris Lumbu / Rédaction

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate