img

Trending

Société

Actualités

Photo d'illustration © photo de tiers


Trois trafiquants présumés d’une tonne et demie d’ivoires de contrebande ont été arrêtés ce mercredi 18 mai et transférés vite au parquet de Lubumbashi (RDC).

Selon la Radio France Internationale, il s'agit de l'une des plus grosses prises de ces dix dernières années en Afrique.

D'après Me Sabin Mande, membre du Réseau ressources naturelles cité par notre source, c'est dans l’enceinte d’un hôtel de cette ville de la République démocratique du Congo qui aurait été choisi comme lieu de livraison que la saisie a eu lieu.

Au moins 1.500kgs d’ivoire, emballés dans 18 sacs, sont gardés à l’inspection judiciaire, et cette prise représente de 80 à 100 éléphants tués pour leurs défenses. 

"Quand vous regardez les ivoires, ils sont issus d'éléphants adultes. C’est un massacre ? Oui. Mais le problème est que si on pouvait situer la zone de provenance et déterminer le rythme de braconnage, je crois qu’on pourrait facilement voir quelle est la zone la plus fragile en terme de criminalité environnementale », a indiqué Sabin Mande, activiste de la protection de l’environnement.

Précisons que selon une source judiciaire cinq personnes au total ont été arrêtées, dont deux se sont échappées pendant qu'ils étaient à l’interrogatoire. Et les restes, tous congolais, ont déclaré, d'après la même source, d'être de simples transporteurs, ne connaissant ni la provenance ni la destination de ces ivoires. 

"Les propriétaires de la cargaison seraient ceux qui se sont échappés", auraient-ils ajouté.

L’origine et la destination de ces ivoires ne sont pas encore connues, mais certaines ONG pensent que ces défenses d’éléphants proviendraient de pays d'Afrique australe. 

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate