img

Politique

Dans une correspondance datée du 17 octobre 2019 adressée au ministre de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, (ESU) le chef du gouvernement déplore le fait que les universités et instituts supérieurs de la République Démocratique du Congo sont astreints à rétrocéder au ministère ainsi qu'à plusieurs de ses entités diverses quotités prélevées sur les frais d'inscription et le minerval payés par les étudiants.

Sylvestre Ilunga Ilunkamba affirme que cette situation impacte négativement le fonctionnement de ces établissements d'enseignement ainsi que les conditions sociales du personnel enseignant et d'études des étudiants.

Dans la foulée, le chef du gouvernement interdit cette pratique à dater de l'année académique 2019-2020 excepté en ce qui concerne le Fonds de Promotion de l'Éducation Nationale.

"Aussi, afin de remédier autant que possible à cette situation dommageable pour l'enseignement national, à dater de la rentrée académique 2019-2020, toute rétrocession des quotités de frais d'inscription et du minerval au ministère de l'Enseignement Supérieur et Universitaire ainsi qu'à ses entités est interdite, excepté en ce qui concerne le Fonds de Promotion de l'Éducation Nationale", a écrit le premier ministre à Thomas Luhaka, ministre de l'ESU.

Rappelons par ailleurs que le ministre de l'ESU Thomas Luhaka a procédé, mardi 15 octobre dernier, à l'ouverture officielle de l'année académique 2019-2020 sur toute l'étendue du territoire national.

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate