img

Actualités

Politique

Société

L’union pour la Démocratie et le progrès Sociale  UDPS,a annoncé la mise  en place d’une commission chargée de « recevoir et analyser » les preuves liées à l’enrichissement illicite de ses membres au pouvoir. Cette décision est consécutive aux allégations  des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui avaient  dénoncé  l’enrichissement   d'une poignée d'acteurs politiques au détriment de la grande majorité de la population. ».

Lors d’une conférence de presse   à Kinshasa, la Cenco  a également évoqué la corruption et détournements des derniers  public qui continuent et persistent malgré que le chef de l’Etat Félix Tshisekedi s’est fixé l’objectif de combattre la  corruption et l’impunité alors que les mesures annoncées pour combattre ces maux demeurent sans effets.

D’après  le parti au pouvoir, Au regard de la gravité de ces accusations, la présidence du parti rappelle à l’opinion tant nationale qu’internationale que le combat de l’UDPS/TSHISEKEDI se fonde sur les valeurs de la bonne gouvernance et du respect de l’Etat de droit, et qu’à ce titre elle ne saurait accepter qu’un individu ou groupe d’individus ternisse l’image du parti et celle du président de la république peut lire sur ce document. 

Rappelons que  l’ex candidat à  la présidentielle de 2018, Pierre Honoré Kazadi  avait lors d’une conférence de presse le week-end dernier dénoncé  le pillage des minerais   par la famille du président Félix Tshisekedi dans l’ex province du  Katanga. Pour lui, la famille présidentielle a créé des sociétés fantômes et parallèles et qui intimident les exploitants miniers dans cette partie du pays.

Patrick Felix ABELY

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate