img

Actualités

Économie

Le Gouvernement congolais a finalement réagi à la polémique sur la réduction des prévisions budgétaires consignées dans le Plan de Trésorerie du ministère des finances publiques du pays.

Au sujet de ce document de gestion qui dit prendre en compte notamment "les réalités du moment, les  tendances  défavorables de la conjoncture actuelle", projete des recettes et des dépenses totales respectivement de 9.195,6 (5,460 milliards USD) et 9.545,6 milliards de CDF (5,668 milliards USD).

Selon les analystes de cette structure du Gouvernement, il en résulte, après des simulations qu'un déficit de 350 milliards de CDF à couvrir par l’émission des bons de Trésor à souscrire par les banques commerciales est indispensable pour l'État congolais.

Pour calmer l'opinion, le Vice premier ministre en charge du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke affirme que le Gouvernement avait demandé élaboration de ce plan parce qu'il était "un instrument de gestion des finances publiques" qui "ont pour cadre, la loi budgétaire".

Et donc pour le VPM du Budget, "cette loi ne peut être modifiée que par le Parlement" tout en rassurant que le Gouvernement est chargé de l’applique quoi qu'il arrive.

Au sujet des pourparlers avec le FMI, Fonds Monétaire International qui voudrait entrer en programme avec la République Démocratique du Congo, RDC, Jean Baudouin Mayo Mambeke prévient "qu'il ya des critères de performance que nous (Ndlr: la RDC) devons atteindre, notamment le financement monétaire zéro" ou encore la proscription de "faire tourner la planche à billet" avant de révéler que "Les réserves monétaires de la Banque centrale évolue jusqu’à une certaine hauteur et cela nous impose une certaine discipline. Nous devons vivre sur la base caisse, de consommer ce qui est entré réellement dans la caisse. Le plan de trésorerie est une projection sur les recettes pour que nos dépenses soient contenues dans ce cadre et signer finalement ce contrat avec le FMI".

Les prévisions budgétaires de la RDC pour 2020 sont chiffrées autour de 11 milliards de dollars américains et que selon ce Plan à polémique prédit une réduction de plus de la moitié de ce montant de quoi perturber l'exécution du programme du Gouvernement congolais si cela était appliqué.

Reste à savoir si cette déclaration faite à l’issue de la réunion du Comité de Conjoncture Economique, CCE présidée par Sylvestre Ilunga Ilunkamba en personne permettra de calmer la polémique.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate